Je ne rencontrerai pas Beyonce ou comment lutter contre le marché noir de la culture

Share
Beyoncé
Beyoncé

Ma moitié attendait ce moment avec une impatience sans borne: la diva américaine Beyoncé enfin de retour sur une scène parisienne. Son déhanché magique, sa voix autant posée que puissante et un show, mes amis, un vrai, un beau show plein de sons, de danses et d’émotions. Oui Beyoncé est de retour à Paris pour deux concerts exceptionnels à Bercy à la fin du mois d’avril. Les prix des billets restent relativement raisonnables entre 50 et 85€ la place selon que l’on souhaite bouger son popotin ou le poser sagement sur un siège. Et pourtant nous ne serons pas à Bercy. Nous n’y serons pas parce que nous ne travaillons pas dans une des entreprises en charge de la vente des billets, nous n’y serons pas parce que nous n’avons pas demandé à l’un de nos amis travaillant dans une de ces sociétés de nous réserver des billets, nous n’y serons pas parce que ni Master Card, ni American express ne nous a proposé d’acheter des billets à l’avance, parce que nous n’avons pas de comité d’entreprise pour réserver des billets à ses agents.

Tous les autres billets disponibles, c’est à dire ceux pour les clients normaux, se sont vendus en moins de 5 minutes et l’on parle ici d’un total de 50 000 billets soit 10 000 billets à la minute pour une somme globale moyenne de 3 750 000 € soit une dépense de 750 000 € par minute ce qui me semble, dans un pays où chacun hurle à la mort sur la crise un résultat plus qu’honorable… Le problème c’est que moins de 5 minutes après la vente du dernier billet vous pouviez retrouver sur Ebay ou Le bon coin au moins la moitié des places remises en vente avec un prix se situant entre 170 et 200€ la place.

On pourrait croire qu’en moins de 5 minutes des milliers de nos concitoyens ont réalisé que “zut alors” ils s’étaient trompés dans leurs agendas et qu’ils ne pouvaient pas assister au spectacle. Pourtant, en y regardant de plus près on s’aperçoit bien sur qu’à moins d’être particulièrement tête en l’air la plupart des revendeurs qui ont obtenus les places par des moyens détournés participent à un véritable marché noir des places de spectacles. Ils construisent un véritable business de revente de places de concert à des prix exorbitants sanctionnant ce faisant non seulement les spectateurs mais aussi les artistes, les producteurs et l’Etat.

 Je prendrai un seul exemple l’utilisateur d’Ebay R****95 qui propose 2 places pour le concert du 24 avril de Beyoncé pour 340€. Rien que pour l’année 2012 il a vendu : 2 place Eminem pour 299 €, 2 places pour Lil Wayne pour 250 €, 2 places Bruce Springteen pour 450€, 4 places pour Radiohead à Nimes pour 510 €, 4 places pour France Irlande pour 110 €, 4 places Metallica pour 680 €, 2 places pour Cristophe Willem à 165 €, 2 places Jayz pour 339 €, 4 places pour radiohead à Paris pour 600 €, 4 places Iron Maiden pour 470 €, 2 Rihanna à 399€ . Sur une année on estimera donc le bénéfice de ce “tête en l’air”  à 2136 € rien que par la revente de places de concerts sur Ebay.

La seule réponse des autorités par rapport à cette activité est d’officiellement limiter la vente de billets à 2 unités par personne mais vous pouvez constater que R****95 dispose régulièrement de 4 billets à vendre ce qui démontre l’inefficacité de cette politique. Le problème constaté n’est pas que Français. Beyoncé organise 6 concerts à Londres à l’O2 Arena ce qui représente 138 000 billets qui ont tous été vendus en moins de 10 minutes. Avant même la fin de la vente, les billets étaient disponibles sur Ebay et les autres sites de ventes entre particuliers. On appelle ça la loi de l’offre et de la demande.

Alors on peut se satisfaire de cette situation. On peut estimer que la culture populaire doit désormais être réservée à ceux qui bénéficient de passe droits et à ceux qui ont les moyens de dépenser 150 ou 200 € pour une simple place de concert. On peut envisager comme légitime qu’un salarié de la FNAC gagne 100 € sur une place de concert de la diva américaine qui elle n’en touchera “que” 25 €. On peut croire que c’est une bonne chose que l’Etat puisse taxer à 5.5% les 65€ de la place de concert et qu’un petit malin récupère 100€ sans payer la moindre taxe dessus. Si l’on estime que la moitié des places de Bercy ont été revendues on peut calculer la perte sèche pour l’Etat à 135 000€ pour les deux seuls concerts de Beyoncé du mois d’avril.

Par contre, si l’on considère que le marché noir est toujours une gangrène sociale qui détruit un système économique alors, plutôt que de se concentrer de manière obsessionnelle sur le téléchargement illégal sans jamais apporter la moindre réponse, on peut réfléchir à quelques mesures simples et efficaces pour mettre un terme au marché noir du spectacle. Je vous donnerai un seul exemple : on pourrait envisager dans un premier temps de limiter le nombre de places “offertes” via les entreprises à 10 % du nombre total de place. ensuite on pourrait permettre à une personne d’acheter jusqu’à 4 places de concert mais en enregistrant son numéro de carte d’identité, carte qu’il faudra présenter à l’entrée du spectacle ce qui obligera les 4 bénéficiaires à pénétrer ensemble dans l’enceinte. C’est simple, efficace et devrait limiter grandement l’explosion scandaleuse des prix du spectacle vivant. Dans l’attente je pense que je vais réactiver mon compte Ebay et qui sait me lancer dans le business de la place de concert …

4 thoughts on “Je ne rencontrerai pas Beyonce ou comment lutter contre le marché noir de la culture

  1. Bonjour , idem j ai pas pu l acheter tout étais partis en quelque seconde , j ai donc regarder le bon coin et la surprise , des dizaines d annonces toutes aussi farfelu les unes que les autres , vends billet beyonce 1000€ vendeur serieux , curieux s abstenir , …. Non mais c est pas une blague le vendeur pensait vraiment être serieux , me suis sentis obliger de lui rapeler les règles et lui expliquer a quel point c’était inadmissible et honteux de sa part ! Bref je n irais pas je n en mourrais pas , mais les vrais fans ne vendent pas leurs billets , c est pathétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *