Harlem Shake, derrière une mode, une résistance “passive”

Share

La mondialisation a parfois du bon. Il suffit de quelques fêtards américains probablement relativement alcoolisés pour lancer une mode … mondiale : Le Harlem Shake !

le Harlem shake Rugby
la jeunesse tunisienne combat les islamistes au travers du Harlem shake
la jeunesse tunisienne combat les islamistes au travers du Harlem shake

Amis lecteurs, si vous n’êtes pas des adeptes de Youtube et si vous avez rater ce moment culturel d’anthologie, vous pouvez ouvrir la bible du feignant, wikipédia, et apprendre qu’un « Harlem shake » c’est une vidéo présentant un groupe de personnes, souvent vêtues de costumes ou sans aucun vêtement, dansant de manière loufoque sur le morceau Harlem Shake du compositeur de musique électronique Baauer. La première vidéo, intitulée Do the Harlem Shake, est postée le 2 février 2013 par le vidéaste burlesque japonais Filthy Frank. La quasi totalité des créateurs de vidéo Harlem Shake se sont alignés sur la mise en scène établie par The Harlem Shake v1, à savoir une vidéo d’une trentaine de secondes partagée en deux temps. D’abord, une personne, souvent casquée ou masquée, danse seule au milieu d’un groupe qui se livre à ses occupations habituelles. Après un plan de coupe, l’ensemble des personnes, soudainement déguisées de façon grotesque ou bien au contraire dénudées, dansent ou s’agitent frénétiquement, souvent en utilisant des objets ou du mobilier de façon détournée, parfois en mimant des actes sexuels. De courts ralentis ponctuent parfois la séquence. Ces séquences sont au nombre de deux et durent en général 15 secondes chacune.

Vous trouverez ci dessous une sorte de best of des Harlem Shake :

Internet aidant et le buzz jouant à plein sur ce genre de vidéos, les régimes les plus rétrogrades en matière de liberté culturelle ont rapidement essayé d’intervenir. Parmi eux les gouvernements égyptien et tunisien ont été les plus actifs s’acharnant à interdire la diffusion et la réalisation de “Harlem Shake” sur leurs territoires et proclamant l’aspect satanique de cette danse sexuelle tachant de pervertir l’esprit de leurs jeunesses respectives. En quelques jours le Harlem Shake est devenu dans ces pays un cri d’amour à la liberté et un doigt d’honneur à tous les dictateurs des mœurs parvenus au pouvoir en détournant des révolutions démocratiques. Le régime tunisien ne rigole pas avec cette pratique et à la danse il répond par la violence en faisant matraquant les jeunes pendant les tournages. Il faut dire que les élèves d’un lycée de Tunis ont décidé de s’adonner à cette danse juste en face du ministère de l’Éducation … dans un pays où le Gouvernement a interdit toute danse en public…

Le combat politique se poursuit donc dans les pays arabes où les jeunes notamment égyptiens et tunisiens font preuve d’un courage exemplaire dans leur combat pour la liberté. Pendant ce temps, dans les pays où tout le monde peut librement se trémousser on a droit à un peu n’importe quoi … dont vous trouverez ci-dessous des exemples parce que comme à l’express ou au nouvel obs nous non plus on ne recule devant rien pour vous informer alors voici les Harlem Shake de l’armée norvégienne (et oui), de l’UMP (mon dieu !) et pour finir d’une équipe de Rugby (âmes sensibles s’abstenir) !

l’armée norvégienne

L’UMP

L’équipe de Rugby

 

1 thought on “Harlem Shake, derrière une mode, une résistance “passive”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *