Oui je le veux : le gout amer de la victoire

Share
Liberté, égalité … sans fraternité

Le combat législatif dure depuis sept longs, très longs, trop longs mois. Le voici qui est terminé. La loi reconnaissant les mêmes droits aux homosexuels et aux hétérosexuels en matière d’union et d’adoption a été adoptée par le Parlement, transformant de fait la proposition 31 du candidat Hollande en action de son Gouvernement. Alors bien sur il reste encore au Conseil constitutionnel se prononcer sur la respect des normes constitutionnelles mais, la dessus, je ne doute pas. En effet, Jean Louis Debré a déclaré il y a plusieurs semaines que “le conseil constitutionnel s’est déjà prononcé sur ce sujet”. Il convient dès lors de relire le dernier paragraphe du 9ème considérant de la décision du CC n° 2010-92 QPC du 28 janvier 2011 qui est relativement claire :  c’est au Parlement de donner une définition au mot “mariage” et pas au juge constitutionnel. En conséquence la loi votée ne sera pas censurée par le Conseil. Alors bien sur on va nous dire du côté de la Barjot que le juge est “vendu” aux gays … ce serait oublier  que sur les 12 membres du conseil : 3 sont des anciens présidents de droite et 7 autres ont été nommés par ces mêmes présidents ou leurs alliés politiques. Seuls 2 membres sont issus de nominations par la majorité actuelle.

C’est donc “fait” et bizarrement je ne suis pas heureux aujourd’hui. Je n’ai rien à célébrer de particulier face à l’immense gâchis de ces derniers mois qui me laisseront un bien triste souvenir. L’égalité a fait un pas de géant et aujourdhui elle est presque réalisée. Presque puisque finalement il reste la question de la PMA pour les couples de femmes. Aujourd’hui, en France des femmes célibataires se déclarant hétérosexuelles ou des femmes en couple hétérosexuel peuvent avoir recourt à la PMA. Aujourd’hui, en France des femmes célibataires se déclarant homosexuelles ou des femmes en couple homosexuel ne peuvent PAS avoir recourt à la PMA et cela du simple fait de leur “identité sexuelle”. Cette discrimination juridique est la dernière qui touche notre pays. La seule et unique discrimination inscrite dans la loi pour des citoyens majeurs de la République.

Au terme de ce débat partiellement inabouti, si je suis reconnaissant à Christiane Taubira et à quelques élus notamment ultra-marins qui ont fait preuve d’un courage politique exceptionnel; j’en veux terriblement à la majorité présidentielle d’avoir tant renâcler à lancer le projet, j’en veux au Président de ne pas avoir été à la hauteur de ses fonctions, de ses promesses, de son autorité. Ils n’avaient pas le droit de faire d’une réforme a priori aussi simple, un long chemin de croix pour les valeurs humanistes. Ils auraient pu et du nous protéger des remontées acides d’une vision passéiste et factieuse de la vie parlementaire; ils auraient du et pu protéger la maison républicaine d’un déversement haineux tel qu’on en n’avait jamais rencontré depuis la fameuse loi Veil. Je dis “simple” car cela l’aurait été si la réforme avait été inscrite à la première réunion du Parlement suivant les élections. Elle aurait alors été “simple” et porteuse d’espoirs pour la société marquant ainsi le “changement”, le vrai, celui de société. A la place, pendant 3 mois le Gouvernement s’est contenté de défaire la politique de ses prédécesseurs. Cela pouvait satisfaire les militants socialistes mais voilà, les Français eux ne sont pas les militants d’un parti politique.

Alors voilà aujourd’hui, reproduisant le message de Mike Fédée, j’ai envie de reprendre à mon compte le “rassurez vous, nous vous pardonnerons” … et pourtant non je ne pardonnerai pas à tout le monde. Je pardonnerai aux hommes et aux femmes qui du fait de leur éducation, de leur milieu social, de leur religion, de leurs modes de vie se sont laissés aller à la peur de l’autre et du changement. Ils sont certes à mes yeux dans l’erreur mais nous le sommes tous à un moment ou à un autre et comme pour le Pacs contre lequel ils se sont battus avec acharnement, ils finiront par se rallier au mariage Gay, comme d’autres ont fini par accepter l’abolition de la peine de mort ou le droit des femmes à disposer librement de leur corps.

Ceux auxquels je ne pardonnerai pas, ce sont les meneurs, l’infâme Frigide Barjot qui règle ses comptes personnels sur le dos des jeunes, Christine Boutin, passionaria pathétique de la morale catholique et tous ces élus de droite et du centre droit comme Hervé Mariton qui ont insulté et sali avec acharnement leurs concitoyens au sein même de l’Assemblée nationale. Ceux là sont à mes yeux des factieux et des ligueux, des alliés objectifs du front national, des élus qu’il faudra électoralement faire tomber comme est déjà tombé Christian Vanneste. Rien jamais ne pourra réduire la fracture qu’ils ont creusé avec tant de plaisir au sein de la société française et de la République.

J’ai retrouvé cette vidéo « The GayClic Collab Against Homophobia »  réalisée en 2009 par des internautes français au profit du site, aujourd’hui disparu et regretté, Gayclic. Le message est clair et sans ambiguïté et je le dédis en ce jour de victoire pour l’égalité des droits à notamment Frigide Barjot, Christine Boutin, Monseigneur Jean Vingt Trois, Marion Maréchal Le Pen, Hervé Mariton,  Philippe Cochet, Jean-Marie Le Pen, Jean François Copé, Jeremy Irons, Christian Vanneste, Jacques Myard, Lionel Luca et autres Laurent Wauquiez:

7 thoughts on “Oui je le veux : le gout amer de la victoire

    1. via G+
      Jamais nous aurions pensée un seul instants, la loi pour le mariage pour tous aller passer. D’autre promesses du président, son en court. Laissé lui du temps. Ses un bon président, et arrêté de le salir. Merci

        1. via G+
          Et imaginont autre chose pascal , imaginon que nous soyont encore a l’epoque ou les droit de l’homme n’existee vous imaginee les noir entant que ptit personnel la ou l’etres humain ne valais pas plus qu’une volaile alor les gent ils veulent quoi que la france reviene sur les droits de l’homme et nous remetre le boulais Au pieds ou avancee dans l’avenir et le devolpement de notre pays 

  1. via facebook
    Helas, il est fort peu probable que desormais un quelconque parti politique puisse se hisser en rassembleur…. Force est de constater que la France se communautarise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *