Les aveux de Cahuzac ou comment détruire la présidence Hollande et jeter la France dans les bras des extremes

cahuzac_menteur_compte_mediapart
Share
cahuzac_menteur_compte_mediapart
non ce n'est pas un 1er avril, c'est notre classe politique

L’ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac le disait la main sur le coeur non jamais Ô grand jamais il n’a détenu de compte à l’étranger. Cette litanie, il l’a répété sur toutes les ondes sans répit aucun et je dois vous l’avouer : je l’ai cru. J’ai cru qu’un homme politique ne serait jamais assez stupide pour croire, ne serait ce qu’un instant qu’une fois une telle affaire ouverte il pourrait s’en sortir par de fortes et répétées dénégations. pour être à ce point affirmatif Cahuzac ne pouvait être qu’innocent  à défaut du plus infâmes des crétins en communication publique… Aujourd’hui les choses sont claires, c’est la seconde option qui s’est révélée exacte. Jérôme Cahuzac a reconnu aujourd’hui dans un communiqué avoir eu un compte à l’étranger depuis une vingtaine d’années. Il a été entendu mardi après-midi par les juges d’instruction chargés de l’enquête sur ses comptes présumés en Suisse et à Singapour.

Personne ne saura jamais comment un esprit brillant n’a pas tout de suite compris que pour sauver ce qui pouvait l’être il fallait immédiatement avouer à défaut d’entrainer dans une chute morale non seulement le Président de la République et le Gouvernement mais en fait la totalité de la majorité et même la classe politique. Aujourd’hui l’ancien ministre du Budget ridiculise et décrédibilise celels et ceux qui l’ont soutenu dans cette mascarade sans nom. Il les emporte dans sa chute ceux qui criaient au complot et rappelaient maladroitement le nom de Pierre Bérégovoy. La faute morale et la crise de confiance qui va s’accroitre à l’égard des compétences et de la clairvoyance de François Hollande sont aujourd’hui, à mes pauvres yeux fatigués, irrémédiables.  En portant si haut le mensonge Cahuzac a fait le lit de l’extrême droite, il lui offre la République honteusement blasphémée par l’un de ses serviteurs… Voici venu le temps des “Tous pourris” et ce slogan porte désormais un nom celui de Cahuzac… Au mieux nous pourrons créer quelques expressions pour enrichir la langue française et dire à nos enfants que “c’est très mal de cahuzacer à sa maitresse”…

Le communiqué de M. Cahuzac :

Par lettre du 26 mars 2013, j’ai demandé à Messieurs les juges d’instruction Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke de bien vouloir me recevoir afin que, délivré des obligations de ma fonction, je puisse enfin donner les explications qui s’imposent au regard de la détention à l’étranger d’un compte bancaire dont je suis le bénéficiaire depuis une vingtaine d’années.

J’ai rencontré les deux juges aujourd’hui. Je leur ai confirmé l’existence de ce compte et je les ai informés de ce que j’avais d’ores et déjà donné les instructions nécessaires pour que l’intégralité des actifs déposés sur ce compte, qui n’a pas été abondé depuis une douzaine d’années, soit environ 600.000 €, soient rapatriés sur mon compte bancaire à Paris.

A Monsieur le Président de la République, au Premier Ministre, à mes anciens collègues du gouvernement, je demande pardon du dommage que je leur ai causé. A mes collègues parlementaires, à mes électeurs, aux Françaises et aux Français j’exprime mes sincères et plus profonds regrets. Je pense aussi à mes collaborateurs, à mes amis et à ma famille que j’ai tant déçus.

J’ai mené une lutte intérieure taraudante pour tenter de résoudre le conflit entre le devoir de vérité auquel j’ai manqué et le souci de remplir les missions qui m’ont été confiées et notamment la dernière que je n’ai pu mener à bien. J’ai été pris dans une spirale du mensonge et m’y suis fourvoyé. Je suis dévasté par le remords.

Penser que je pourrais éviter d’affronter un passé que je voulais considérer comme révolu était une faute inqualifiable. J’affronterai désormais cette réalité en toute transparence.

6 thoughts on “Les aveux de Cahuzac ou comment détruire la présidence Hollande et jeter la France dans les bras des extremes

  1. via G+
    10:01
    Même si cela comporte des risques de montée des extrêmes, il serait heureux que la justice prouve sa véritable indépendance. La confiance dans notre système politique ne pourra être rétabli que lorsqu’il y aura une vraie séparation des pouvoirs politiques et judiciaires mais également journalistiques. 

  2. via facebook
    “L’info traitée à chaud, ou l’art de surdramatiser les situations et faire le jeu des politiques extrêmes.”

    1. via facebook
      ce que j’aime avec toi c’est que finalement c’est toujours pour faire des compliments que tu interviens… sur le fond je ne crois pas que ce soit “surdramatiser” ce qui est énorme c’est de finalement trouver par si surprenant qu’un ministre qui plus est de gauche soit capable de mentir à ce point et de ne pas réaliser le mal que cela va faire à la démocratie … tous les “tous pourris” que l’on va entendre dans les prochaines heures vont se retrouver dans les urnes … c’était d’ailleurs le thème de la candidate FN dans l’oise il y a 15 jours et elles passée à 200 voix de donner un 3ème député au FN mais tu as raison rien de grave

      1. via facebook
        C’est simplement que j’en ai assez des articles qui surréagissent. Si les extrêmes sont si puissantes aujourd’hui, c’est parce que les gens écoutent les médias qui, faute d’analyse fine de la situation pour sortir le scoop en premier, font des raccourcis.
        Cahuzac, il a trahi la confiance d’Hollande, il a trahi l’Etat. C’est l’acte isolé d’un homme, pas la pourriture de tout un mode de pensée. Dire qu’il mérite une punition exemplaire, dire qu’il a trahi son camp et les électeurs qui lui ont permis d’être là, c’est une chose. Dire qu’il détruit la présidence d’Hollande et qu’il n’offre plus qu’une solution (les extrêmes), c’en est une autre. Qu’est-ce qui fait vraiment le plus le jeu des extrêmes, dans ces deux attitudes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *