Meyer Habib quand l’extremisme israelien est invité par l’UDI à l’Assemblée nationale française

Share
Meyer Habib nouveau député UDI

Jean-Louis Borloo est un homme heureux. Il s’apprête à accueille son 31ème député au sein du groupe UDI à l’Assemblée nationale. Heureux et fier, celui qui se présente comme le chantre du centrisme de droite (sic!), il peut l’être car pour le coup, avec Meyer Habib, le doute n’est plus permis : l’UDI c’est la droite dans ce qu’elle peut avoir de plus effrayant et dangereux.

A l’origine de cette histoire, il y a une décision du Conseil constitutionnel. En effet, le 15 février dernier, le juge constitutionnel avait prononcé l’inéligibilité pour rejet de son compte de campagne de Daphna Poznanski-Benhamou qui avait été élue députée socialiste de la 8ème circonscription des Français établis hors de France en juin 2012. La conséquence directe de cette inéligibilité était l’annulation de fait des opérations électorales de juin 2012. En d’autres termes il fallait élire un nouveau député dans cette 8ème circonscription rassemblant Israël, Chypre, la Grèce, l’Italie, Malte et la Turquie.

Il y a deux semaines se tenait le 1er tour de scrutin où seuls 10,3 % des électeurs s’étaient déplacés pour voter soit 11 600 pour 111 700 inscrits sur les listes électorales. Ça laisse songeur sur le sens civique de nos amis Français expatriés au soleil… Valérie Hoffenberg, candidate de l’UMP était arrivée en tête en rassemblant 21,6 %, devant Meyer Habib (UDI) qui recueillait 15,4 % des suffrages exprimés. C’est ainsi qu’avec 14,6 % des voix, la candidate socialiste Marie-Rose Koro disparaissait des radars en vue du 2nd tour laissant face à face les candidats UMP et UDI, sauf que dans cette lutte fratricide la droite extrême n’est peut être pas là où l’attendrait.

Il est temps de faire connaissance avec Meyer Habib … Vice président du CRIF, Habib MEYER est une personnalité que l’on qualifiera poliment de “haute en couleurs” mais dans les faits, dans ses prises de position, dans son histoire et dans ces discours il faut appeler un chat, un chat quand on en voit un : il appartient à la grande famille de la droite israélienne.

Membre du bureau exécutif du Congrès juif européen (CJE) et président de la commission “Israël” au sein du Crif, il est depuis 20 ans directeur général du groupe Vendôme à Paris, spécialiste de la joaillerie de luxe. Fils du premier négociant de vins casher en France, Meyer Habib est l’une des figures les plus connues de la communauté juive parisienne, au sein de laquelle il milite depuis son plus jeune âge. Carrure massive, voix forte et chevelure abondante, il a fait une campagne de terrain, sans langue de bois, mais uniquement en Israël snobant de manière éhontée et évidente les autres territoires. La stratégie de campagne était claire : peser de tout son poids en Israël pour faire basculer la circonscription grâce aux voix des franco israéliens de droite … stratégie au demeurant payante.

Une fois investi par  l’UDI, il avait fait en sorte d’écarter les politiques français de sa campagne pour s’appuyer sur ses amis politiques “locaux”. C’est ainsi que l’on a eu droit au soutien officiel du Premier ministre israélien en exercice Benjamin Netanyahou qui a déclaré en français dans un message vidéo diffusé sur internet : « Je connais Meyer Habib depuis beaucoup d’années, il est un bon ami de moi, un bon ami d’Israël » avant de compléter son message de soutien en hébreu… Un premier ministre israélien EN EXERCICE qui participe à la campagne électorale en vue de l’élection d’un député FRANÇAIS … Ca ne choque pas Jean-Louis Borloo, président du parti radical, ce “plus vieux parti de France” gardien du temple de la laïcité, porteur de la loi séparant l’Église et l’Etat et qui investi un homme qui reçoit le soutien officiel de nombreuses personnalités israéliennes politiques et religieuses qui autorisent exceptionnellement les électeurs à interrompre le Limoud (étude religieuse) afin d’aller voter pour lui. Meyer Habib s’affiche ainsi pendant la campagne aux côtés notamment du ministre israélien de l’Energie Silvan Shalom (Likoud), de Naftali Bennett, le chef du parti nationaliste-religieux Foyer juif, ou encore d’Elie Yishaï, ancien leader du parti ultra-orthodoxe sépharade Shas.

Meyer Habib possède la nationalité israélienne depuis la fin des années 1970. Il se revendique sioniste et est catégoriquement opposé non seulement à tout partage de Jérusalem mais aussi à la reconnaissance même  la l’Etat palestinien. Meyer Habib est une importation au Parlement français des questions israéliennes et palestiniennes, le symbole assumé et revendiqué, non pas d’une représentation du peuple français mais d’un lobby des intérêts spécifiques des israéliens et d’Israël. Il n’appartient pas à la vie politique française mais à celle d’un Etat indépendant et étranger dont il défend les intérêts et pourtant … Meyer Habib siègera comme représentant de la Nation française toute entière au sein du groupe de feu le parti radical, celui de Clemenceau, Émile Combes, Jean Zay, Pierre Mendès France, Henri Queuille, Paul Anxionnaz, René Mayer ou René Cassin, rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Dans cette histoire pathétique ce n’est pas le fait qu’un député français se proclame représentant d’Israel qui me choque, c’est qu’il puisse se proclamer représentant des intérêts d’un État étranger, quel qu’il soit, au sein même du Parlement de la République et c’est là que je m’interroge à nouveau sur l’usage que font certains de nos compatriotes de la double nationalité. On peut s’interroger légitimement sur la nature de la loyauté que peut ressentir un simple citoyen de deux pays mais quand ce citoyen devient représentant du peuple, quand il tient de tels propos, quand il affiche de telles proximité, alors cette interrogation peut devenir une impérieuse nécessité.

Meyer Habib dans le texte :

C’est une immense fierté d’être arrivé en tête de façon si nette en Israël. Nous sommes en tête dans toutes les grandes villes.  À Jérusalem, nous avons, Barouh Hashem, obtenu plus de 600 voix, soit plus que les 19 autres candidats réunis, cinq fois plus que le second.  Je remercie très fortement les électeurs pour ce soutien massif.  Des électeurs qui m’ont fait confiance et qui savent que je suis le seul qui porte leurs valeurs, celles d’Eretz Israël et de la Torah, leurs espérances tout en défendant les Français de la 8e circonscription.

Je suis au cœur des relations franco-israéliennes depuis plus de vingt ans. Le Premier ministre de l’État d’Israël, réélu pour la troisième fois, m’a apporté publiquement et ouvertement son soutien total. Ce n’était pas si évident de sa part. Je lui ai dit que je comptais créer une véritable force francophone, susceptible d’être entendue et pour défendre le droit, comme il en existe déjà une chez les Israéliens russophones. La défense d’Israël, l’amour de la France et d’Israël m’animent depuis mon adolescence. Depuis de nombreuses années, je suis vice Président du CRIF, président de la Commission Israël au CRIF. J’ai organisé les 12 heures pour l’amitié entre la France et Israël,  où nous avons réuni 60.000 personnes et plus de 100 députés. J’ai mené des dizaines de délégations d’hommes politiques et d’hommes d’affaires en Israël. Jeudi dernier encore, j’étais en tête à tête pendant plus d’une heure avec Nicolas Sarkozy et Benjamin Netanyahu. En tant que député, je continuerai à renforcer les liens entre la France et Israël. J’ai été scandalisé quand une dame pratiquement les larmes aux yeux m’a montré sa convocation où il était écrit Jérusalem à côté du nom Israël barré. En premier lieu, je tenterai de régler cette grande injustice : l’inscription « Israël » sur les documents officiels des habitants de Judée-Samarie et de Jérusalem.

Je souhaite installer ma première permanence à Jérusalem. Cette ville est très importante à mes yeux, et je tiens par ce symbole à faire savoir que pour moi, Jérusalem est la capitale d’Israël. De même, j’agirai si je suis élue, pour que le pays d’habitation des Français résidant à Jérusalem soit Israël, et que cela soit bien inscrit sur leurs papiers officiels. Je ne suis pas isolée dans cette conviction. Je vous rappelle que j’ai pris cet engagement publiquement, devant plus de 400 personnes en présence de Jean-François Copé et Claude Goasguen qui ont assuré qu’ils me soutiendraient dans ma revendication. Cependant, parmi l’ensemble de la classe politique, peu osent affirmer cet attachement. Je ne me fais pas d’illusion, c’est un combat de longue haleine, et c’est pour cela qu’il faut savoir être épaulé par un grand parti. De plus, en tant que secrétaire nationale de l’UMP en relation avec les partis étrangers et les think tanks, je pourrai donner une impulsion à l’échelle française et européenne en faveur d’une reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël. Toutes les pistes devront être exploitées, en France et à l’UE, et en l’occurrence, je crois que sur un sujet essentiel comme celui-ci, aucune ne doit être écartée.

Je serai libre comme je l’ai toujours été et, comme je l’ai dit à Jean-Louis Borloo, pour dire à l’Assemblée qu’Israël est l’État le plus moral au monde, que la France s’est trompée en accueillant les assassins qu’ont toujours été Kadhafi et Assad.

BeEzrat Hashem, nous sommes tout près d’un moment historique. À la seule et unique condition que les électeurs se mobilisent et aillent voter. J’ai le zekhout d’avoir la quasi-totalité du monde de la Torah avec moi. C’est un honneur et à la fois une immense responsabilité. On m’interpelle sans arrêt dans la rue pour m’encourager. Cela me donne beaucoup de forces. Les gens connaissent ma famille, mon parcours, mon engagement, ma passion dévorante pour mon peuple, sa Torah et ses valeurs.  Ils me disent : « Tu as déjà gagné cette élection ». Ce à quoi je leur réponds : « Non ! Tout reste encore à faire mes amis, j’aurais gagné quand nous serons à l’Assemblée Nationale. Et je ne peux y parvenir qu’avec vous. Mobilisez vous. BeEzrat Hashem, BeEzrat Hashem. Natsliah ».

extraits de l’entretien accordé au Ptit Hebdo le 4 juin 2013

 

18 thoughts on “Meyer Habib quand l’extremisme israelien est invité par l’UDI à l’Assemblée nationale française

  1. extremiste Israelien vous allez trop loin!! ce sont les francais de l’etranger inscrits sur les listes electorales francaise qui ont votes,et les francais d’Israel ont votes
    pour Meyer Habib dans un pays democrate .posez vous la question pourquoi Israel n’est pas dans la Francophonie et vous verrez ou se trouve l’extremisme ? quelle est cette loi
    et quels sont les pays qui refuse Israel .j’attends votre
    reponse ? qui boycott?

  2. Meyer Habib est une personnalité haute en couleur. Membre du bureau exécutif du Congrès juif européen (CJE) et président de la commission “Israël” au sein du CRIF, il est depuis 20 ans directeur général du groupe Vendôme à Paris, spécialiste de joaillerie de luxe.

      1. via G+
        Bon puisque tu le dis mais les daties trop religieux cEst comme l’extrême droite ça mène àussi a l’anti arabe il n’a pas d’anti peuple israélien entre nous nous devons être égaux entre nous comme d’artagnan un pour tous tous pour un

  3. via g+
    BORLOO va surement etre heureux de compter parmi ses élus un membre trés actif de l’extreme droite israelienne!!!!!!!!!!!!!!!!

  4. Meyer Habib elu démocratiquement par les francais de l’etranger

    Interroger vous sur la racaille et l’islamisation de la france !

    Vous serez plus credible

      1. via facebook
        Ce n’est pas du racisme anti-juif. Ce mec est un copain du likud. Il est contre la reconnaissance de la Palestine. C’est la droite dure Israélienne. Le sionisme n’est pas le judaïsme. Le judaïsme n’est pas une race mais une religion.

  5. via facebook
    Patricia Celeste-Detaix Votants au 2e tour : 9,14% …….sur 110 000 inscrits. C’est peu. Voire même très peu, et , soyons fou : très très peu

  6. via facebook
    Sympa votre nouveau copain député UDI… Avec des amis comme ça, plus besoin d’ennemis… Cela prouve encore une fois que ce pseudo parti est un fouillis sans nom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *