Insaisissables : quand le magicien se fait Robin des bois

Dave Franco
Share
Insaisissables le film
Insaisissables le film

C’est bien connu en temps de crise il n’y a rien de plus agréable à nos oreilles fatiguées que les bonnes vieilles histoires de justice et de justicier. On nous aura fait grâce d’un énième Germinal revu et corrigé à la sauce des pseudos intellectuels français du début de ce siècle mais aussi d’une nouvelle version de Robin des bois où nos amis américains aiment à s’empêtrer depuis déjà quelques décennies…

Cet été le justicier prend l’apparence somme toute bien agréable des « Quatre Cavaliers », un groupe de brillants magiciens et illusionnistes qui deviennent des stars planétaires quant à l’occasion d’un spectacle ils braquent une banque sur un autre continent et font don de cet argent à leur public. C’est le premier spectacle d’une série de trois où la magie se met au service d’une certaine idée de la justice, celle qui, selon une légende tenace (sic) serait à l’origine même du rôle des magiciens dans la société : corriger certaines erreurs…

Alors on est bien d’accord ce n’est pas le film du siècle mais c’est, et pour le coup assurément, le meilleur divertissement estival que le cinéma ait eu à nous offrir cette année… Le scenario est bien ficelé, les effets spéciaux très bien fait et les personnages et bien nous dirons … crédibles à défaut d’être attachants. Le problème vient peut être de là, si le réalisateur prend le temps de nous présenter ses quatre héros au début du film, le reste n’est qu’une fuite en avant de « scènes » misent bout à bout, certes bien filmées, certes distrayantes, certes aussi parfois très surprenantes, mais finalement sans fil conducteur autre que celui de l’action.

Dans ce film Louis Leterrier fait et se contente de faire ce qu’il a toujours su faire : construire de belles scènes à défaut de raconter une histoire, d’élaborer des personnages. C’est déjà la critique que votre serviteur faisait aux différents « transporteurs » ou au nanar en chef « le choc des titans » : oui c’est distrayant mais quel gâchis d’énergie pour se contenter d’aligner les succès estivaux.

Force est néanmoins de constater qu’avec « Insaisissables » l’élève de Luc Besson monte en gamme. Il sait s’entourer d’acteurs de qualité qui font ce qu’ils peuvent pour donner une âme à leur texte à commencer par  Mark Ruffalo et Mélanie Laurent qui sont les vrais acteurs principaux du film. A leurs côtés les quatre fantastiques, enfin cavaliers, font pâle figure mais finalement on leur demande surtout d’être dans leurs personnages : le prétentieux à tête de geek Jesse Eisenberg , le vieux sur le retour mais quand même super cool Woodrow Tracy Harrelson, le très beau … caractère de Isla Fisher et ce rôle de composition pour Dave Franco  : smile and shut up baby !

On trouve de la star aussi, ce qui nous permet de confirmer que non décidément non Morgan Freeman et Michael Caine ne sont pas morts et, une fois encore, on s’en réjouit.

En conclusion que vous dire ? Et bien vous passerez un bon moment sans prétention mais sans regrets. Insaisissable est, je le répète, le meilleur film de l’été … qui l’eut cru ?


2 thoughts on “Insaisissables : quand le magicien se fait Robin des bois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *