les dieux éphémères de la natation française : enfin champions du monde

Share
Roxana Maracineanu la première médaille d’or de la natation française en 1998

C’est donc la victoire de Yannick Agnel aux championnats du monde de natation organisés à Barcelone qui m’a donné l’idée de me replonger dans l’histoire de la natation française un peu au nom de ces stars oubliées qui peu à peu passe du firmament de la gloire aux oubliettes médiatiques. Je donnais l’exemple de Bernard Thévenet, star du cyclisme des années 70 devenu un visage de la télévision française… d’acteur à critique tel est donc le destin de ces hommes qui déplacent des montagnes.

C’est donc parce que nous avons la mémoire qui flanche que j’ai décide de remettre sur le devant de la scène les stars françaises de la natation et après les champions olympiques il était tout naturel de s’arrêter un instant sur les champions du monde, les vrais, les seuls !

En fait les championnats du monde de natation sont une très jeune compétition. Elle a été créée en 1973. On ne compte que 15 éditions en 40 ans et la dernière est entrain de se dérouler à Barcelone en ce moment même.

Nous avons vu qu’en ce qui concerne les jeux olympiques les résultats furent pour le moins « espacés » avec un champion du monde tous les … 52 ans. C’est Laure Manaudou qui ouvre en 2004 la boite de Pandore de la natation française. Cela est encore plus vrai pour ce qui concerne les championnats du Monde. La premier titre de champion de monde de natation viendra là encore d’une femme et bien tardivement en la personne de Roxana Maracineanu aux championnats de 1998 qui se déroulaient à Perth en Australie. Celle qui est aujourd’hui l’une des voix de France Télévision et d’Europe 1 restera comme le bouchon de la bouteille de champagne de la natation française, une sorte de Saint Jean Baptiste pour Laure Manaudou et les champions des années 2000.

C’est aux championnats du monde de Montréal en 2005 que le miracle a lieu avec 2 couronnes mondiales la même année, celle de Laure Manaudou sur 400 m nage libre et celle de Solenne Figuès sur 200 m nage libre. Cette dernière devenue Kinésithérapeute s’est depuis installée en Nouvelle Calédonie. Il s’agit de son seul titre mondial mais elle avait été médaille d’or aux jeux méditerranéens de 1997 et obtiendra 1 médaille de bronze, 4 d’argent et une d’or aux championnats d’Europe entre 2000 et 2004 ainsi qu’une médaille de bronze aux jeux olympiques de 2004 à Athènes.

Jérémy Stravius et camille Lacourt les deux premières médailles d’or mais “ensemble”

Deux ans plus tard à Melbourne Laure Manaudou explosera littéralement en emportant deux titres mondiaux sur 200 et 400 m nage libre s’imposant définitivement comme la plus grande star de la natation française. On a un peu l’impression, vu de l’extérieur, en téléspectateur inattentif des jeux et des championnats qui se succèdent que les résultats obtenus par les champions français sont « naturels » ou « évidents » et pourtant en 32 ans la France n’avait emporté qu’un seule titre mondial. En 2007 quand Laure en est à sa 3ème couronne mondiale, les garçons eux n’ont toujours emporté aucun titre aux championnats du monde.

Pour que cela arrive, il faudra attendre les championnats de Shanghai de 2011 pour un doublé historique et à peine croyable : 2 champions pour un même titre et qui plus est deux Français. Pensez donc, la France n’a emporté aucune médaille d’or aux championnats du monde sur les 38 années d’existence de cette compétition et un jour de 2011 deux Français font exactement le même temps lors de la finale du 100m dos : 52s76… c’est une double médaille d’or pour entre Camille Lacourt et Jérémy Stravius ! « La première chose que j’ai vue c’est mon nom avec le petit 1 devant et là j’explose de joie », a raconté Lacourt. « Je vois la même réaction à côté de Jérémy. Donc je regarde le nom de Jérémy et je vois qu’il y a un 1 devant. Ma seconde réaction est de regarder mon nom pour voir si je ne m’étais pas trompé de ligne. Je vois qu’on est tous les 2 numéros un. C’est une double joie. Ce n’est pas un titre partagé en deux. C’est deux titres, point barre. Il n’y a rien à regretter. On est chacun champion du monde, on n’est pas tous les deux demi-champions du monde », a-t-il ajouté. « On s’entend très bien, il y a énormément de respect mutuel et aucune amertume. C’est un réel bonheur de partager cette médaille. »

Yannick Agnel, Florent Manaudou, Fabien Gilot, Jérémy Stravius une équipe de champions de monde

C’était la première fois dans l’histoire des Mondiaux que deux compatriotes montaient sur la première place du podium. Et seulement la deuxième fois que deux nageurs se partageaient l’or, après Melbourne en 2007, où le Canadien Brent Hayden et l’Italien Filippo Magnini avaient été sacrés sur 100 m nage libre.

La même année Alain Bernard, Jérémy Stravius, William Meynard et Fabien Gilot rateront de peu le titre mondial au 4 X 100m, ils devront se contenter de la médaille d’argent. Ils seront venger cette année à Barcelone par le quatuor en or Yannick Agnel, Florent Manaudou, Fabien Gilot et Jérémy Stravius qui deviennent en 2013 champions du monde. La machine semble enfin lancée là aussi avec le titre de Yannick Agnel sur 200m nage libre lors de ces championnats qui ne sont pas terminés … on attend notamment mon chouchou Florent Manaudou aujourd’hui même sur 50m nage libre …

La natation française n’est pas, comme on pourrait le croire née dans les années 2000. Je me souviens des années 80 quand, comme beaucoup de petits garçons je vibrais au nom de Frédéric Delcourt, de Stephan Caron et plus tard de Franck Esposito… Nous avons grandi avec des espérances qui quelques années plus tard se sont concrétisées en titres mais ce sont dans ces années là qu’est née la natation française … ce sera la 3ème et dernière partie de ce regard sur les Dieux éphémères.

 

 

 

1 thought on “les dieux éphémères de la natation française : enfin champions du monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *