En vrac mais pas par hasard : Ma vie privée ce bel outil publicitaire

Share

Vous le savez peut-être, je suis tout simplement accroc aux nouvelles technologies, une sorte de mini Geek qui télécharge, partage, commente et consomme sans s’arrêter même si je me soigne : depuis l’annonce des Google Glass je ne cesse de me répéter jusqu’à la nausée : « naaaan tu n’en as pas besoin et en plus c’est mal ca va dans le sens d’un contrôle de plus en plus étroit des données personnelles par quelques grandes boites sans scrupule, autres que financier ». J’ai bon espoir, je ne cèderai pas à la tentation … la première année. Pour ce qui est plus directement de la question du traitement des données personnelles j’ai longtemps été un défenseur de l’idée que nous choisissions volontairement et clairement de céder nos données en utilisant Google, Yahoo ou Facebook et que nous pouvions donc faire le choix inverse si cela nous paraissait trop intrusif, voire même simplement cesser de les utiliser et de revenir au bon vieux incredimail, à l’agenda papier, au livre de comptes et aux CD gravés.

Une intégrité à vendre
Une intégrité à vendre

Une chose a néanmoins changé dans ma vision de ces outils ce week-end avec deux annonces faites coup sur coup et qui représentent, à mon sens, l’une des plus grandes offensives des sociétés de réseaux sociaux à l’encontre du respect de la vie privée. Vendredi dernier, 11 octobre, Google a mis en ligne une mise à jour de ses conditions d’utilisation qui entrera en vigueur le 11 novembre prochain. Ainsi, à compter de cette date les avis que vous avez déposés sur certains produits (comme des applications, des téléphones, des livres) et sur certains sites (en général ceux de boutiques) pourront être utilisés par l’entreprise pour promouvoir les publicités de ces produits ou sites. Ainsi vous êtes allé un jour dans un Spa et sur la page G+ de ce Spa vous avez attribué un +1 ou vous avez laissé un commentaire élogieux. Le jour où ce Spa achètera de la publicité à Google, cette publicité pourra afficher votre photo et votre nom comme personne « recommandant » l’entreprise. En d’autres termes Google utilise votre nom, vos écrits et votre photo pour gagner de l’argent, sans vous prévenir ni d’ailleurs vous rémunérer… Voici un exemple visuel, proposé par Google :

google1

 Alors bien sur on va me dire que ce n’est pas si grave que ça puisque en fait cette utilisation de votre tête et de votre nom est déjà pratiquée par Facebook depuis le mois de septembre sans que cela ne gène personne ou presque… (Lire l’article  Pourquoi vous devriez changer la photo de votre profil sur Facebook). Ainsi si vous êtes connectés à votre compte Facebook et que vous cliquer sur le lien suivant vous verrez la liste de vos amis qui, sans vraiment toujours le réaliser, sont utilisés par Facebook pour des publicités ciblées. Cela concerne 9 de mes amis par exemple le blogueur de la Bastille dont le compte « personnel » fait la publicité de Samsung ou le Président du mouvement « jeunes » d’un parti politique dont le compte « public » subventionne la même marque… Pour connaitre les publicités qui utilisent votre compte il faut qu’un de vos amis fasse l’expérience.

On va me dire également que ce n’est pas si grave puisque vous pouvez supprimer cette option et bloquer cette utilisation « là » de vos données par Google. Il vous suffit de vous rendre sur la page “recommandations partagées” (cliquez ici) en étant connecté à votre compte Google. En bas de la page, décochez l’option “En fonction de mon activité, Google peut afficher mon nom et ma photo de profil dans les recommandations partagées qui apparaissent dans des annonces” puis cliquez sur “enregistrer”.

Alors oui on peut contrôler cela mais pour combien de temps ? Parce que voyez-vous j’étais pour ma part très satisfait de la manière dont je contrôlais les informations personnelles qui fuitaient sur les réseaux ou plus exactement qui ne fuitaient pas. Par exemple, j’étais introuvable sur Facebook pour quiconque ne connaissait que mon nom… Seulement voilà la suppression du paramètre  « Qui peut trouver mon journal en cherchant mon nom ? » est devenue définitive pour l’ensemble des utilisateurs de Facebook dans le monde le 10 octobre. Ce paramètre permettait à un utilisateur de signaler à la plate-forme qu’il ne souhaitait pas être indexé dans le moteur de recherche interne de Facebook lors d’une recherche sur son nom et il a été purement et simplement supprimé laissant comme seule alternative à l’utilisateur d’accepter cette mise à jour ou de quitter le réseau ! Plus d’information dans l’article de ZDnet.

Je vais continuer à m’acharner à être un utilisateur éclairé des réseaux sociaux. Google est devenu un peu ma seconde maison où s’entassent mes documents confidentiels, mes photos de vacance, ma vie numérique ; Facebook reste le lieu de partage avec mes amis et ma famille mais je sais déjà que cette bataille, celle du respect de mon intégrité en tant que citoyen est probablement déjà perdue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *