FN : la vérité sur Brignoles, de la farce au cauchemar

Share
Marine le Pen seule personnalité à s'être rendue à Brignoles lors de la campagne pour les élections partielles
Marine le Pen seule personnalité à s’être rendue à Brignoles lors de la campagne pour les élections partielles

Depuis 2011 c’était la troisième élection cantonale organisée dans la commune de Brignoles 30 000 habitants et 20 000 électeurs. La première, celle de juin 2011 avait été gagnée par Jean-Claude Dispard, candidat du Front national, par cinq voix d’avance sur le candidat communiste Claude Gilardo, maire et conseiller général sortant. Une élection partielle avait donc été organisée les 24 juin et 1er juillet 2012 à l’occasion de laquelle c’était le candidat du PCF qui s’était imposé avec seulement treize voix d’avance sur son concurrent du Front national. Elle donne lieu à une nouvelle annulation du fait d’irrégularités constatées lors du déroulement du scrutin qui, compte tenu du faible écart de voix ont vicié la sincérité du scrutin.

Les électeurs étaient donc appeler à voter encore une fois pour un premier tour ce dimanche 6 octobre 2013. Il est peu dire qu’ils ont exprimé une certaine lassitude à quelques mois des élections municipales et européennes puisqu’ils sont seulement 6 913 à s’être rendus aux urnes, 185 d’entre eux sont néanmoins venus pour glisser un bulletin blanc dans l’urne, bulletin qui contrairement aux promesses des uns et des autres ne sont toujours pas comptabilisés à part entière.

Contrairement à la précédente élection partielle, la gauche a cumulé cette fois ci trois handicaps de poids. En premier lieu la situation globale de la majorité présidentielle au niveau du pays est mauvaise. Le Gouvernement, le Président et les partis politiques qui composent cette majorité sont au plus bas dans les sondages et il y a comme un fumet de sanction globale qui se répand dans nos campagnes … électorales. Le deuxième handicap de la gauche est le retrait du conseiller général sortant et maire de la commune qui était donc particulièrement bien implanté et probablement le seul à pouvoir sauver son siège. Le troisième, et non le moindre c’est que la gauche est non seulement partie divisée mais que ce sont ses deux composantes minoritaires (PCF et Verts) qui la représentaient en l’absence de candidat du Parti socialiste.

C’est donc très naturellement que les deux candidats de gauche se sont auto-éliminés au terme de ce 1er tour. Certains auront beau jeu de dire que si la candidate verte avait accepté la place de suppléante du candidat communiste, ils auraient ensemble totalisé 1 579 voix soit 182 de plus que la candidate UMP et qu’ainsi ils auraient été au 2nd tour.

Ils ont beau jeu de le dire mais tout d’abord rien ne permet de dire que l’ensemble des électeurs écologistes se seraient reportés sur la candidature conjointe. De plus ce qui vaut pour la gauche vaut pour la droite qui elle aussi est partie divisée. La candidate UMP est arrivée en 2ème position avec 1 397 suffrages (soit seulement 6,8 % des inscrits) mais elle a du faire face à la candidature dissidente de Christian Proust DVD qui lui a obtenu 422 voix. Si l’on additionne les voix DVD et UMP on arrive au total de 1 819 soit 240 de plus que l’addition des candidats de gauche. En fait, la gauche dans son ensemble perd en un an 4,76 points et 1 521 suffrages. Elle est dépassée en pourcentage comme  en voix par la droite pour la première fois lors d’une élection cantonale (dans ce canton) depuis 1998…

Ils ont donc beau jeu de dire qu’unie la gauche aurait été au second tour car finalement accéder au 2nd tour est une chose mais encore faut il le gagner or, cette fois soyons clairs, il est pratiquement inimaginable que le Front national n’emporte pas ce scrutin. En effet, imaginez bien que le candidat du FN Laurent Lopez a obtenu 2 718 voix au 1er tour soit 40,4 % des suffrages et pourtant il faisait face à la dissidence de Jean-Claude Dispard, le candidat du FN de 2011 qui lui emporte 612 voix. On notera qu’un dissident du FN fait plus de voix que le candidat officiel des Verts … Les deux candidats d’extrême droite (n’en déplaise à Marine le Pen) totalisent 49,5 % des voix exprimées lors de ce 1er tour. En d’autres termes les deux candidats du FN font aussi bien que tous les autres candidats réunis UMP+DVD+Verts+PCF.

C’est non seulement une énième élection où la gauche est éliminée dès le 1er tour par le Front national mais s’en est une qui cette fois va être gagnée par le mouvement de Marine le Pen confirmant que la machine est lancée et que la présidente Frontiste est prête à faire de son parti la première force politique de France à l’occasion des élections européennes de mai 2014.

Au lendemain de cette élection je suis de plus en plus pessimiste sur la capacité des partis traditionnels à réagir ainsi que sur la prise de conscience des médias sur le danger imminent. Pensez donc que pour le porte parole du PS le problème de ce scrutin, c’est que la gauche ne sera pas présente au 2nd tour ; pour Mélenchon le candidat communiste a perdu parce qu’il était soutenu par le parti socialiste et François Hollande et pour un grand journaliste politique dont je tairai le nom par amitié, cette élection est juste l’occasion de faire une blague grinçante sur les propos de François Fillon en expliquant que « la droite UMP attend les voix des “sectaires” de gauche »… Ne voient ils pas tous que leur maison brûle ? Ne sentent ils donc pas que le peuple français est impatient de balayer leurs certitudes et leurs lâchetés ?

François Hollande a échoué, la droite n’offre aucune alternative crédible, Mélenchon n’est plus que le pastiche d’un mauvais George Marchais, Bayrou est rentré dans le rang pour sauver sa boutique, la France en colère est peu à peu entrain de s’abandonner à Marine le Pen dans le silence assourdissant des gens bien comme il faut. Elle seule offre une alternative aux français mais une alternative mortelle pour nos valeurs et nos espoirs.

Je fantasme un peu que nos politiques, nos énarques, nos têtes pensantes des médias et des administrations se sortent la tête de leur propre derrière et commencent à diriger le pays au sens anglais originel du verbe : to lead… qu’ils donnent une direction, une inspiration ; qu’ils cessent de nier la réalité des souffrances des gens et qu’ils appliquent sans ciller la politique pour laquelle ils ont été élus… mais je vous le disais ce n’est qu’un fantasme irréel alors que la vie, la vraie, quand on parle politique est une farce qui tourne au cauchemar.

2 thoughts on “FN : la vérité sur Brignoles, de la farce au cauchemar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *