A Paris, l’alliance NKM Marielle de Sarnez fait un flop tonitruant dans les sondages

Share
NKM et Anne Hidalgo battues dans leurs arrondissements
NKM et Anne Hidalgo battues dans leurs arrondissements

Alors bien sur on nous dira que ce ne sont que des sondages, des intentions, des prévisions bien loin de la vérité des urnes et surtout à l’approche de Noël… Pour autant les chiffres sont cruels pour Marielle de Sarnez dont les conseillers, souvenez vous, pensaient que les militants et donc les électeurs étaient remplaçables … En novembre dernier, l’impératrice du Modem partait se rendre avec armes et bagages à Nathalie Kosciusko-Morizet avec pour mot d’ordre : donnes moi des sièges et je t’abandonnerais les joyaux de ma couronne … les joyaux brillaient de mille feux puisque le premier sondage pour les élections municipales annonçait au 1er tour 13 % des voix pour Marielle dans le XIVème arrondissement contre 30 % pour NKM et 30% pour Carine Petit, tête de liste du parti socialiste. Au 2nd tour notre aimable Marielle atteignait même 16 % soit 2,5 points de plus qu’en 2008 contre 36% à NKM et 48% à la liste socialiste.

Nos pieds nickelés ont donc fait leur compte et signer des deux mains : 30 + 13 = 43 % au 1er tour et 36 +16 = 52 % au 2nd tour … voici donc le pourquoi de cette alliance entre deux blondes de la politique parisienne : le XIVème allait d’un coup d’un seul basculer dans l’escarcelle de l’ancienne porte parole de Nicolas Sarkozy … Tout cela était très bien pour peu que l’on oublie qu’en mathématique électorale 1+1 n’est jamais égal à 2 mais bien souvent à 1,5 … au mieux !

Dans un nouveau sondage Ifop/Fiducial pour le JDD et sud radio rendu public le 16 décembre, on découvre ainsi que NKM est désormais créditée de 36 % des voix contre … 39 % à Carine Petit : en d’autres termes 30 + 13 = … 36…  Cela est encore plus évident pour le second tour où 36 + 16 n’est finalement égal qu’à 43 % … NKM ne récupérant que 7 points des 16 de Marielle de Sarnez, les 9 autres allant à la liste socialiste.

Vous l’avez bien compris, l’électorat Modem ne suit qu’avec une parcimonie toute centriste les diktats de la rue de l’Université. En effet, nous parlons d’hommes et de femmes libres qui ont toujours placé leurs idées avant les stratégies de parti et cela même quand cela leur a couté bien cher en termes électoraux… à méditer pour nos apprentis sorciers de la politique …

Sur cette thématique retrouvez nos autres articles :

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *