Modem : la fin de l’hérésie centriste 2007 – 2013

Share
2007 - 2013 RiP Modem
2007 – 2013 RiP Modem

C’était attendu, annoncé, prévisible … A Paris, le Modem s’est d’abord allié avec l’UDI pour finir dans le lit de l’UMP dès les préliminaires soit avant même le premier tour de scrutin prévu, je le rappelle, pour le 23 mars 2014.

Permettez-moi déjà de saluer le grand talent des trois pieds nickelés du centre droit parisien : NKM, Marielle de Sarnez et l’illustre inconnu Christian Saint-Étienne

Nos trois zouaves malchanceux ont donc décidé d’annoncer publiquement leur alliance le 5 décembre à … 20h45 c’est-à-dire après les journaux de 20h00 et au moment même où, à des milliers de kilomètres de là, Mandela rendait son dernier souffle et qu’en république Centre africaine, les soldats français commençaient à intervenir … C’est donc un véritable chef d’œuvre en matière de communication politique que la droite vient de nous offrir et dont la conséquence est en moyenne 5 secondes de couverture médiatique dans les journaux des radios et des télévisions ce matin.

Sur le fond, les choses sont évidentes pour tout le monde : l’accord entre NKM et Marielle de Sarnez est conclu de longue date et nous savions tous que le Modem partirait quoi qu’il arrive avec l’UMP lors de ce scrutin. Les premières rencontres et négociations entre De Sarnez et NKM datent d’ailleurs du mois de mai 2013. Le problème pour signer et sceller définitivement le sort du centre parisien était double : la question paloise avec le refus de Copé de retirer son candidat face à Bayrou et les ambitions ridicules de Saint Etienne, tête de liste UDI et de Patrice Gassenbach, patron de la fédération parisienne du mouvement de Borloo.

Il aura fallu un gros coup de gueule du fondateur de l’UDI pour que les deux ambitieux rangent enfin leurs plans de bataille et entrent dans le rang. C’est donc chose faite sur la base d’une règle de répartition des sièges : plus ou moins 30% de conseillers centristes, UDI et Modem confondus soit  18 en cas de lourde défaite, 20 en cas de défaite « normale »… l’option victoire ne semble pas avoir été étudiée… Sur ces 18 sièges on envisage 7 ou 8 pour le Modem contre 10 à l’UDI qui dispose de plus de sortants sachant que le seul conseiller Modem a rejoint Anne Hidalgo.

Ainsi donc le centre qui vomissait l’idée d’une alliance avec Françoise de Panafieu, proche de Jacques Chirac, en 2008 ne trouve rien à redire à rallier l’ancienne porte parole de Nicolas Sarkozy en 2013 alors même que la gauche est cette fois représentée par une femme dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle est moins idéologue et sectaire que son auguste prédécesseur.

Comment ne pas être un peu ému par cet enterrement sans fleur ni couronne de ce que fut pendant 6 ans le Mouvement démocrate ?  Un rassemblement d’hommes et de femmes de bonne volonté, un rassemblement sur les valeurs et sur l’exigence de vérité dans le débat politique, un rassemblement dépassant le clivage gauche – droite avec des écolos, des socialistes, des conservateurs, des centristes, des gaullistes qui tous avaient pour point commun d’être des réformateurs.

Cette hérésie qui venait briser le dogme sur lequel s’était construite la politique française depuis 1958 ; qui hérissait le poil tant des socialistes que des UMPistes ; qui remettait en cause leurs prébendes et leurs certitudes… Elle est morte. Le centre indépendant est à nouveau un échec politique patent. Je l’écrivais ici même en septembre dernier, l’avenir du centre devait se jouer à Paris mais voilà, le centre a refusé de jouer la partie. Ses derniers soldats étaient fatigues et voulaient des places, pas beaucoup … juste 7 ou 8 mais des places.  Cela veut néanmoins dire qu’il y aura peut être encore quelques déçus puisqu’une fois retirés ceux qui ont rejoints Anne Hidalgo … le bureau de la fédération de Paris du Modem compte encore 13 membres à positionner quelques part mais tous seront au moins conseillers d’arrondissements donc toutes nos félicitations à ces 13 futurs élus qui ont enfin su mettre leurs idées au service de leurs ambitions.

8 thoughts on “Modem : la fin de l’hérésie centriste 2007 – 2013

  1. Au passage peut-on savoir quand les militants ont été consultés sur cette décision majeure pour le mouvement ?
    Nous nous revendiquons démocrates et progressistes réformateurs, mais sauf erreur de ma part les militants communistes ont, eux, eu l’occasion de s’exprimer sur le sujet…

  2. Je souhaite vraiment que le centre indépendant et le MoDem ne soient pas morts, mais je n’arrive toujours pas à comprendre comment on peut être indépendant tout en étant “allié naturel de la droite républicaine” et en fusionnant avec les listes UMP au premier tour des élections municipales dans la capitale…
    Je ne suis pas un expert en politique, mais en simple citoyen il y a quelque chose qui m’échappe…

  3. Le Centre indépendant n’est pas mort, il est en sommeil, et quand il se réveillera, alors…………………

    1. Le modem n’a jamais été un parti centriste mais un projet nouveau qui à mon sens était en 2007 en avance …il est en mort cérébral alors même que les circonstances commencent à donne raison à ce projet …L’alternative est un copier coller de l’UDF tant mieux pour les centristes et tant pis pour les citoyens

        1. Allons David franchement des listes communes avec l’UMP et la porte parole de Sarko dès le 1er tour de scrutin .??? non mais vous etes sérieux là quand vous dites que tout est normal ? ca s’appelle l’UDF !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *