Les fonctionnaires territoriaux auront sa peau

Share
La nouvelle carte des régions françaises ?
La nouvelle carte des régions françaises ?

Lors de sa conférence de presse, le Président de la République a annoncé vouloir engager un travail de refonte de la carte administrative française. Réaliste ou pas, cette annonce se doit d’être replacée dans le cadre des réformes administratives promises ou engagées par l’actuel Gouvernement. On sait que le Ministère de l’Intérieur s’est doté de ses plus beaux ciseaux pour confier à ses loyaux serviteurs la tâche ardue de remodeler la carte des cantons dans le cadre de la plus grande opération de redécoupage électoral et administratif depuis la Révolution française. On sait également qu’en s’engageant, pendant la campagne, à faire élire une partie des députés à la proportionnelle dès 2017, François Hollande, s’il tient promesse, ne pourra éviter un nouveau redécoupage, cette fois ci des circonscriptions législatives. On sait enfin, qu’en faisant voter une loi sur les métropoles à la fin du mois de décembre dernier, le Gouvernement a ouvert la voie à l’accélération, relative, des fusions de territoires comme  cela est en cours de mise en place à Lyon.

La volonté présidentielle de voir des régions fusionner et des départements disparaitre s’inscrit donc pleinement dans une vision de long terme, dans le cadre d’un plan global que François Hollande a finalement eu l’intelligence de ne pas dévoiler à l’avance. Si toutes ces réformes mises bout à bout forment en apparence un brouillon relativement indigeste, il n’est pas interdit de rêver que cela est en fait réfléchi et stratégique car voyez vous, la réforme de la carte administrative est assurément la plus casse gueule de toutes dans une démocratie. Les rapports Balladur (2009), Attali (2013) et Jospin (2012) l’ont tous envisagée sans espoir. Le Général de Gaulle lui même s’y cassa les dents en 1969 dans un funeste referendum par lequel les français renvoyaient non seulement le grand homme à Colombey mais faisait prendre au pays 20 ans de retard dans sa réforme institutionnelle !

Cette réforme est compliquée car voyez vous si dans l’ensemble les Français sont tous favorable à l’idée qu’il faut simplifier nos institutions, limiter le nombre d’élus et réduire celui des fonctionnaires territoriaux, ils poussent des cris de vierges effarouchées dès qu’il s’agit de toucher à leur commune, leur département, leur région ou même … leur plaque d’immatriculation ! Souvenez vous donc les pitoyables manifestations de colère quand le Gouvernement eut cette idée somme toute bénigne de retirer les numéros de département des plaques d’immatriculation … Mais comment !? quel scandale … c’est l’identité régionale qu’on assassine ! Alors qu’en sera t’il de nos chers concitoyens férus de “réforme pour les autres” quand il s’agira de supprimer ces 10 % des communes françaises qui comptent moins de 100 habitants … elles sont somme toute 3 511 en 2014 avec parmi elles 28 qui ont moins de 10 habitants et 71 entre 10 et 20 habitants … elles disposent néanmoins toutes d’un maire et d’un conseil municipal de 9 membres, 7 à compter de mars prochain… Ayons une pensée émue pour le seul habitant de la commune de La Haute-Beaume en PACA qui n’est pas membre du conseil municipal… (la commune compte 9 conseillers municipaux pour 10 habitants !)

Quoiqu’il en soit, avec un peu de bonne volonté et un minimum d’autorité politique, un Président fort à la tête d’un Gouvernement légitime devrait être capable de venir à bout des résistances râleuses de quelques villages gaulois … oui je sais considérant la situation actuelle c’est pas encore fait … Mais c’est à ce moment là que les choses compliquées deviennent inextricables parce que derrière la foule conservatrice se cache l’ennemi de la réforme, le vrai, la haute fonction publique !

Laissez moi vous raconter une histoire : Il y a de cela bien longtemps, Jacques Chirac était Président de la République et Lionel Jospin son Premier ministre, votre serviteur alors beaucoup plus jeune et encore plein d’espoirs était candidat au concours administratif d’Administrateur territorial. L’administrateur territorial est aux régions, aux communes et aux départements ce que l’énarque est à l’état : l’alpha et l’oméga administratifs; en tout cas en est il convaincu. Il s’agissait d’un concours bien difficile qui cette année là n’offrait que 10 places aux centaines de postulants, autant vous dire que le moindre faux pas était fatal. Les écrits se passent et les oraux avancent sereinement malgré des péripéties sans lien avec mon propos d’aujourd’hui et cela jusqu’au fameux “Grand Oral” devant un prestigieux jury au grand complet, dans mes souvenirs 10 ou 12 membres sous la présidence du conseiller d’État Jean-Michel Belorgey. Me voici donc tel une pucelle rougissante développant mon propos sur un sujet tiré au hasard et essayant de marquer positivement le souvenir de mes interlocuteurs par des prises de positions volontaristes mais appuyées sur les propos de spécialistes reconnus et à la coloration politique variée. De cette expérience j’ai retenu deux choses : toujours vérifier le CV des membres du jury et ne jamais faire de proposition volontariste à un Haut fonctionnaire en place !

ne pas parler des départements c'était pourtant surligné en rouge écarlate !
ne pas parler des départements c’était pourtant surligné en rouge écarlate !

Je ne sais comment ma bouche s’est mise à fonctionner en lien direct avec la partie sincère de mon cerveau allant jusqu’à expliquer que j’avais assister à une conférence où Dominique Strauss Kahn (c’était avant les histoires de fesses) et Alain Juppé étaient tombés d’accord sur le fait que toute réforme de la carte administrative du pays devait passer par la suppression des départements. A peine mes lèvres étaient elles closes que la vice-présidente du jury demanda la parole et posa la première question ainsi : “Monsieur, si j’ai bien compris vous voulez supprimer les départements ?! Vous ne pensez donc pas qu’ils puissent avoir une utilité ?! Vous croyez vraiment que tous les gouvernements qui se sont succédé  depuis la Révolution française ont maintenu ce maillage administratif essentiel à tort ?!” J’étais pris au piège dès mon premier échange avec un haut fonctionnaire, c’était vraiment ma toute première fois et je ne trouva rien d’autre à répondre que “Non madame je n’ai pas dis que c’est ce que JE pensais (quel faux cul !), je me suis contenté de rapporter les propos de l’ancien Premier ministre et de l’ancien ministre des finances, tous deux élus locaux pour mettre en évidence qu’une réforme de la carte administrative passait par la suppression d’un des trois niveaux…” Quand j’entendis pour seul réponse “ça n’est pas la première fois qu’ils tombent d’accord ces deux là” je su que la suite ne serait qu’un long calvaire et quand je jeta ENFIN un œil à la liste des membres du jury je réalisa que ma carrière d’administrateur prenait fin avant même d’avoir commencée, la dame étant Directrice générale des services d’un gros département, une dame qui tenait mon avenir entre ses mains et à qui j’avais expliqué qu’il fallait supprimer son poste …

Tout ça pour dire que supprimer des collectivités territoriales c’est s’attaquer à des privilèges et des rentes aussi bien installés que les droits de la noblesse en 1789. On parle de fusionner les régions Haute Normandie et Basse Normandie cela veut dire diviser par deux le nombre de fonctionnaires territoriaux de ces régions, mais aussi supprimer au moins un poste de Préfet de région et surtout diviser par deux le nombre d’élus dans une région où à gauche règne en maitre tout puissant un certain Laurent Fabius …

Bon courage à vous preux réformateurs “Je le verrai toujours, à cheval, l’œil ardent et comme éternel, avec cette figure calme, antique, impériale, et passant en revue, insoucieux du destin, les gardes, qui défilaient devant lui. … Il les envoyait alors en Russie, et les vieux grenadiers fixaient sur lui leurs regards avec une gravité prophétique, avec un dévouement sombre et terrible, fiers d’aller au-devant de la mort ! Te, Cæsar, morituri salutant !” Henri Heyne

 

3 thoughts on “Les fonctionnaires territoriaux auront sa peau

  1. S’attaquer à des privilèges… au "pouvoir" et aux rentes des élus provinciaux… bon courage il va falloir une main de fer dans un gant de velours ou simplement un grand coup de pied dans la fourmilière!!!

  2. Un jour il faudra m’expliquer comment un supposé « jacobin » dans son genre et une supposée « girondine » dans le mien (selon une éminence grise que nous avons en commun, 😉 ) arrivent à tomber d’accord à 100% sur ce sujet précis. En dehors de cela, il m’a fait sourire ce « serviteur de l’Etat en herbe d’hier» qui passait son oral et qui a bien compris maintenant que parfois un peu d’authenticité qui semble à l’instant dramatique, sauve d’une morose carrière en compagnie de gardien(ne)s de musés administratifs … quelle chance pour nous les vivants du présent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *