David Douillet … et le mépris en prime

Share
David Douillet 46 ans, 2 fois ministres (3 mois et 11 mois) 2 fois député (1 an et 2 ans) 1 fois conseiller régional (4 ans) 1 fois conseiller municipal (3 semaines)
David Douillet 46 ans, 2 fois ministres (3 mois et 11 mois) 2 fois député (1 an et 2 ans) 1 fois conseiller régional (4 ans) 1 fois conseiller municipal               (3 semaines)

David Douillet, c’était le champion des champions, l’homme du judo français avec une gueule, une vraie, pleine de caractère, de gentillesse et de d’intérêt pour l’autre. C’était le seul à supporter la Tatie Danielle de la chiraquie vieillissante, Bernadette, qu’il trimbalait de trains en trains avec des boites pleines de pièces jaunes pour sauver les petits enfants malades … On l’aimait bien ce David là mielleux et attentif aux malheurs du monde.

De l’idole sportive au “jeune” réac

Et puis un jour, le gentil David en a terminé avec la compétition. Reconverti en homme d’affaires, puis en consultant sportif pour le groupe Canal+, il se rapproche progressivement du milieu politique. En 2009, il intègre le bureau exécutif de l’UMP et la même année, lors d’une législative partielle, il est élu député de la 12ème circonscription des Yvelines, en remplacement de Jacques Masdeu-Arus, fameux cosignataire d’une proposition de loi visant à rétablir, en 2004, la peine de mort …

Le , il est nommé secrétaire d’État chargé des Français de l’étranger. Le , à la suite de la démission de Chantal Jouanno, il est nommé ministre des Sports. Il est réélu député lors des élections législatives françaises de 2012.

Parcours fulgurant pour la star des tatamis qui devient peu à peu le “gentil” mec de droite un peu pataud … surtout quand il commence à parler des “pédés” … C’était par exemple  sur le plateau du “Grand journal” de Canal+ le 7 février 2014, David Douillet  affirmait qu’il n’apprécierait pas qu’on lui dise qu’il est une “tapette”… scandale dans la blogosphère parisienne … mais bon pour tout vous dire moi non plus je n’apprécierais pas non plus le qualificatif … le problème c’est que ce n’était pas la première fois que l’ancien judoka devenu député UMP tenait des propos “border line”… Dans son autobiographie “L’Âme du conquérant”, publiée en 1998, il faisait son coming out de jeune réac : “Oui je suis misogyne mais tous les hommes le sont sauf les tapettes. Pour moi, une femme qui se bat au judo ou dans une autre discipline, ce n’est pas valorisant“.

Alors il s’excusera pour ces propos stupides en justifiant “une erreur de jeunesse” mais il aurait grandi, mûri loin des tatamis sous les ors de la République … il n’empêche, comme l’écrivait  dans le “plus” du Nouvel obs le 18 février dernier, “David Douillet, âgé de 46 ans, n’arrivera jamais à se débarrasser de l’étiquette de beauf homophobe et misogyne qui lui colle à la peau depuis fort longtemps.  Il n’a guère brillé lors de son passage au ministère des Sports. Son nom restera longtemps associé aux “tapettes”. C’est bien peu glorieux pour un ancien champion olympique qui a fait la fierté de tout un pays. Grandeur et décadence. Avant, nous l’admirions. Mais ça c’était avant.”

 Du jeune Réac au politicien lambda

Qu’est donc devenu celui qui symbolisa sous l’ère Sarkozy le renouvellement de la classe politique de droite, une sorte d’ouverture sur le monde réel, celui de l’effort et des valeurs sportive? Nous l’avons dit, il est  élu député à la fin de l’année 2009. Comme il est très talentueux et qu’il maîtrise parfaitement ses dossiers, il se dégage un peu de temps libre et quelques mois plus tard, le 21 mars 2010, il se fait élire conseiller régional d’Île de France sur les listes de Valérie Pécresse. 15 mois plus tard, il quitte l’Assemblée nationale pour entrer au Gouvernement en tant que “secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé des Français de l’étranger”. Il y fait surement des merveilles puisque 3 mois plus tard il quitte ce ministère pour devenir Ministre des sports… pour 11 mois !

En 2012, il est réélu député des Yvelines et retourne assez naturellement à l’Assemblée nationale. Depuis lors il occupe à “temps plein” ses deux mandats, Député et conseiller régional. En janvier 2014, notre pépère s’ennuie un peu dans sa routine quotidienne car il est tellement fort et intelligent que deux boulots à temps plein ne lui suffisent pas vraiment…  Il décide donc de se présenter aux élections municipales à Poissy en numéro 3 sur la liste UMP de Karl Olive… Là bien sur on se dit que le gars est malin … il se trouve un point de chute et se prépare pour la succession du maire UMP en vue des élections de mars 2020 ! On se dit qu’il va démissionner de son mandat de conseiller régional car malgré ses grandes capacités professionnelles, en France, on n’a plus le droit d’exercer 3 mandats !

D’ailleurs, le 23 mars dernier, David Douillet est avec tous ses colistiers élu largement, dès le 1er tour, conseiller municipal de Poissy ! Malgré la confiance de 62 % des électeurs de la commune, croyez le ou pas, le passage municipal de l’ancien judoka aura été express :  3 semaines en tout et pour tout avant que David Douillet n’adresse sa démission au préfet des Yvelines… démission de son siège de conseiller municipal !

 “J’ai déjà deux mandats, l’un au Conseil régional et un autre à l’Assemblée. Le but de ma démarche est d’optimiser mon action et d’être plus efficace pour Poissy” explique le cumulard temporaire qui n’a d’ailleurs même pas trouver le temps de siéger au premier conseil municipal de la ville ….

Mais alors pourquoi s’être présenté ? Pourquoi avoir fait croire aux habitants qu’il les représenterait, qu’il les défendrait, qu’ils pouvaient compter sur lui?

On a tendance à croire que la politique abîme tout mais dans ce cas bien précis je me demande si ce n’est pas Douillet qui abîme la politique …

1 thought on “David Douillet … et le mépris en prime

  1. La politique professionnelle encourage ces abus. Il s’agit plus de s’assurer une carrière longue que de représenter les citoyens. D’ailleurs, les élus représentent plus leur parti que leurs électeurs.

    Nous avons besoin de dé-professionnaliser la politique, en changeant en profondeur ses institutions.

    http://le-message.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *