la violence est certes communautaire mais le désespoir est français

Share
le foot vecteur de violence?
le foot vecteur de violence?

C’est un énorme pavé dans la marre lancé par Marine Le Pen en réaction aux incidents constatés ici ou là après les succès footballistiques de l’Algérie. La présidente du FN a proposé ni plus ni moins que de supprimer le principe de la double nationalité permettant à des citoyens français de disposer d’une ou plusieurs nationalités différentes. Dans l’esprit de Marine Le Pen la proposition vise principalement nos compatriotes également algériens, marocains, tunisiens et plus largement africains. Elle impacterait néanmoins d’autres pays et je pense notamment à l’une de mes très chers amis française mais aussi canadienne et hollandaise, vivant en Angleterre avec son conjoint, sujet de sa gracieuse majesté et dont les enfants pourraient ainsi, dans l’absolu, additionner quatre passeports différents : France, Royaume-Uni, Pays-bas et Canada.

C’est ainsi un nouveau débat clivant, agressif et passionné qui enflamme tout ce que la France compte d’acteurs médiatiques et politique et qui nous enfonce un peu plus dans la fange politicienne …

Tout ça pour un match de foot et quelques crétins patentés, plus ou moins avinés, qui ne savent pas faire la fête sans agresser, bruler et provoquer. Marine Le Pen s’enfonce naturellement dans la brèche avec une méthode dont l’efficacité a été mainte fois démontrée : poser une vraie question en apportant les mauvaises réponses. Ces mauvaises réponses provoquent inlassablement la même réaction médiatique : la négation de la réalité du problème mais comme ce problème s’affiche chaque jour dans la vie quotidienne de nos concitoyens comme une évidence, ces derniers ne peuvent que considérer les opposants à Le Pen comme des menteurs, des prestidigitateurs de la parole et ce faisant ils se rallient assez rapidement aux mauvaises réponses.

Quels sont les faits tels que rapportés par le Nouvel Obs peu suspect de sympathies marinistes : Au soir de le dernière victoire de l’équipe nationale algérienne, à Paris, près des Champs-Elysées, des dizaines de supporters ont jeté des projectiles à plusieurs reprises sur des CRS qui stationnaient au milieu de la place, lesquels ont riposté en les poursuivant sur plusieurs dizaines de mètres et en faisant usage de gaz lacrymogène. A Lyon, des commerces ont été saccagés, des pompiers pris pour cibles et sur l’agglomération plusieurs dizaines de véhicules ont été incendiés. Des incidents ont également éclaté dans le centre-ville de Marseille entre forces de l’ordre et supporters. Ils se sont produits autour du Vieux-Port après 1 heure du matin, lorsque deux motards de la police ont été pris à partie et caillassés par des supporters, selon la police. Les forces de l’ordre ont alors chargé pour disperser les groupes de supporters, usant de gaz lacrymogène. Aucun blessé n’a été signalé et plusieurs interpellations ont eu lieu, toujours de source policière. Dans le département du Nord, 11 personnes ont été interpellées à Lille pour des vols avec effraction et violence, et 11 à Roubaix pour des attroupements et des dégradations de mobilier urbain, selon un décompte de la préfecture. Quelques vitrines de magasins ont été dégradées à Roubaix, dans l’agglomération lilloise. Par ailleurs, 28 départs de feu de voitures ont été recensés, dont 12 à Roubaix, 7 à Maubeuge, 2 à Valenciennes, 4 à Lille et 3 à Tourcoing. Au total on décompte une trentaine d’interpellations dans le pays.

Ces évènements sont ils “anodins” ou “exagérés” comme le suggèrent de nombreux journalistes de gauche ? Absolument pas ! Ils sont réels, inquiétants sur la réalité sociale du pays et inacceptables.  Sont ils néanmoins des évènements exceptionnels et une démonstration de l’échec du modèle d’assimilation à la française des maghrébins comme l’affirme le FN ? Là encore, absolument pas ! Ce genre de débordements est devenu monnaie courante et marquent une accentuation de la pression communautariste dans notre pays. Sauf que quand je parle de “communautarisme” je ne m’arrête pas  aux communautés arabes mais je vais plus loin, je parle aussi  des communautés régionales de nos amis bretons ou basques ou corses. La violence des Bonnets Rouge face à l’éco taxe ces derniers mois a fait l’objet d’une couverture à la limite de l’acceptable par les médias nationaux, surfant presque sur une thématique du charmant village gaulois résistant au méchant ogre étatiste parisien. La Corse brille des mille feux des incendiaires nationalistes qui sont à la culture corse ce que la mafia la plus purulente est à la culture italienne.  Alors bien sur on va me dire qu’une victoire en coupe du monde devrait provoquer la liesse et la fête au lieu des débordements malsains constatés mais que dire des fêtes de Bayonne par exemple en 2011 ? 273 plaintes en cinq jours dont 8 pour des affaires de violences, 150 pour vol et 3 viols ! Plus de 1600 personnes secourues par les postes de secours avancés… C’était “la fête” …

La gangrène de la violence

Alors oui, acceptons cette idée que notre société, brisée par la crise et les injustices quotidiennes, se morfond dans un marasme social, économique et culturel. Les sondages le montrent : les français sont plus pessimistes que les Irakiens ! Quand cette dépression, au sens presque premier du terme, s’abat sur un peuple, ses moments de fêtes, de liesse, prennent un gout de sang et d’abandon. La violence n’y est plus une perversion mais un défouloir, un déversoir d’une colère rentrée qui ne demande qu’à s’exprimer. Elle peut être physique comme ses derniers jours, politique comme lors des élections européennes, sociales comme lors des prises d’otage de chefs d’entreprises… en tout état de cause, elle s’installe comme conséquence du désespoir économique et politique, que l’on soit d’origine bretonne, basque ou algérienne … tous ces désespoirs ont un point commun : ils sont bien français !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *