Black Friday, une arnaque française ?

Share

black fridayAprès la tentative relativement infructueuse de l’importation en France Halloween, le nouveau truc à la mode pour nous faire dépenser plus d’argent avant Noël c’est le Black Friday …. Vendredi noir dans la langue de Molière …

Chez les journalistes, le “Vendredi noir” n’est pas a priori un moment heureux. Il renvoie dans la mémoire collective au vendredi 8 septembre 1978 où des manifestations furent très durement réprimées au tout début de la révolution iranienne… Vendredi c’est pas encore le weekend et noir et bien c’est pas vraiment engageant mais heureusement, nos amis yankees sont là pour redonner un sens qui fleure bon le “cool” à une expression morose !

Aux États-Unis, il y a un jeudi par an qui a la valeur sacrificielle du repas familial, mieux qu’un pré Noel, c’est la fête par excellence du puritanisme américain : Thanksgiving. 

En 1620, une centaine de colonisateurs anglais  débarquaient du Mayflower dans la baie de Plymouth au Massachusetts et y fondèrent la Colonie de Plymouth. Très rapidement la moitié des arrivants périrent du scorbut et les survivants ne durent leur salut qu’à l’intervention d’un autochtone nommé Squanto qui, avec l’aide de sa tribu, les Wampanoags, leur offrit de la nourriture, puis leur apprit à pêcher, chasser et cultiver du maïs. Afin de célébrer la première récolte, à l’automne 1621, le gouverneur William Bradford décréta trois jours d’action de grâce. Les colons invitèrent alors le chef des Wampanoags, Massasoit, et 90 de ses hommes à venir partager leur repas en guise de remerciement pour leur aide. Durant ce festin, des dindes sauvages et des pigeons furent offerts (merci Wikipédia). Depuis lors chaque année, le 4ème jeudi du mois de novembre marque le plus grand sacrifice de dindes au monde et toutes les familles américaines se rassemblent pour rendre grâce à Dieu d’être la plus grande puissance démocratique au monde peuplée de citoyens merveilleux … bref on mange de la dinde en famille.

Le lendemain on se ballade en famille et les jeunes gens dépensent le petit billet fébrilement glissé dans leurs poches par leurs parents et grands parents … alors bien sur ça donne des idées aux commerçants qui se décident à transformer le quatrième vendredi de novembre en véritable lancement  de la grande période commerciale de Noël par une journée de soldes monstrueux avec des réductions allant jusqu’à 80 ou 90 % sur des produits tout juste sortis. Et ca marche !

En 2013, environ 141 millions de consommateurs américains ont dépensé plus de 57 milliards de dollars durant Black Friday, avec les ventes en ligne atteignant 1,2 milliards de dollars.

En France les choses sérieuses commencent tout juste puisque ce sont principalement les enseignes d’origine américaines et dans le domaine de la HighTech qui  tentent d’importer le principe à l’image d’Amazon. Pour autant restons sérieux, les fan de la marque à la pomme peuvent garder précieusement leurs cartes de crédit en poche aucune réduction ne sera appliquée sur le Iphone 6, le fleuron d’Apple (au moins en termes de taille et de prix). En France on attire le chaland à coups de 20 ou 30 % mais personne ne s’aventure à réellement casser les prix. En gros vous retrouver approximativement les mêmes promos que tous les jours mais avec une durée limitée et un gros bandeau BLACK FRIDAY transformé même à l’occasion par Amazon en “Black Friday week” parce qu’un vendredi noir il est encore plus noir quand il dure toute la semaine …

Dans son article pour 20 minutes Nicolas Beunaiche s’interroge : Les promotions affichées à -30% correspondent-elles vraiment à un rabais du même niveau? La question se pose, selon Jean-Christophe Janicot, fondateur du comparateur touslesprix.com. «Cette semaine, un site d’e-commerce qui a anticipé le Black Friday affichait une ristourne de -43% sur un disque Blu-Ray, vendu à 17 euros. Sauf que lorsque vous alliez sur un site concurrent, vous pouviez le trouver à 11 euros…» explique-t-il. Le site en question pratiquait-il des prix au-dessus de ceux de la concurrence ou a-t-il cherché à manipuler le consommateur? Impossible à dire. Mais Jean-Christophe Janicot invite les consommateurs du vendredi à vérifier, si possible, la véracité des promotions qu’on lui propose, via un comparateur de prix. Tous les prix, Kelkoo, Twenga ou Comparer proposent ce type de services en ligne.

En d’autres termes oui on vous prend pour des débiles et ce qui est le plus triste dans tout ça c’est peut être la publicité gratuite offerte à cette opération par celles et ceux qui sont censés vous informer  : pas une matinale radio qui n’est fait sa petite minute “black friday” ce matin et pas un quotidien gratuit sans l’article parfois du stagiaire qui a toujours parfois purement et simplement pomper Wikipédia (ouais nous aussi mais bon nous au moins … on le dit hein Ovidie de Métronews… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *