Non Juppé n’a encore ni gagné ni perdu n’en déplaise à SarkoFrance

Share
Alain Juppé le recours des modernistes?
Alain Juppé le recours des modernistes?

Ce qui est bien quand on écrit pour un blog c’est que finalement on peut se permettre d’étaler sa science en écrivant des conneries … cela m’arrive aussi et il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Ce qui est plus problématique c’est quand on écrit des conneries en se drapant d’une apparence de docte spécialisation ce qui est chose aisée dès qu’il s’agit de parler politique puisque René mon pote du PMU d’en bas est lui-même un éminent observateur et commentateur de la vie politique française.

Aujourd’hui, on ne parle pas de René mais de Juan , talentueux blogueur (ce n’est pas du sarcasme je le pense) sur le blog très populaire « SarkoFrance » réceptacle de tout ce que la gauche, la vraie, peut détester à droite c’est-à-dire tout …

Pour comprendre en une phrase l’objectivité de l’auteur (Juan), il relate ainsi sa réaction à chaud le 6 mai 2007 à 20h05, après que le visage de Nicolas Sarkozy apparaisse sur les écrans de télévision : « Mes 2 enfants pleurent, ma femme console; je rassure; il est 20H et quelques minutes; 53% des Français ont choisi Nicolas Sarkozy comme Président. Si ce dernier applique son programme, la France sera dans un état de ruine et de confrontation civile comme elle n’en a pas connu depuis 60 ans. Le cas contraire, il aura menti. Quelle que soit l’option, nous serons perdants.»

Diantre je frémis presque heureusement … 5 ans et quelques secondes plus tard « Moment de soulagement. Il est 20 heures et quelques secondes. Mes enfants rient, je pleure. Ma femme me console. Sarkozy a perdu. Sarkozy va partir. Il l’a eu, son référendum contre lui. Je n’en peux plus. C’est fini. Vous avez gagné. Nous avons gagné. Merci à tous, merci à nous, merci à vous.»

Quand on lit les diatribes et analyses de Juan on sait où on met les pieds et finalement c’est tout à son honneur … Venons en à mon sujet : l’article du 17 novembre 2014 intitulé : « Pourquoi Juppé va perdre »L’article est court, direct et affirmatif … sauf qu’il est truffé d’inexactitudes, d’approximations et d’erreurs d’interprétation et surtout il n’est jamais mais alors jamais argumenté… longue litanie de jugements de valeur sans aucune illustration valable.

Pour être à mon tour transparent et en introduction personnelle je vous dirais qu’après avoir voté à droite, c’est Juppé le premier qui a perdu ma voix en 1997 me poussant vers le vote blanc avant que Sarkozy n’arrive à son tour à me convaincre de voter sereinement François Hollande au 2nd tour de 2012… et pourtant j’aime bien Juppé et j’apprécie quasiment tout ce qui pourra nous éviter le retour de l’excité de Neuilly !

Ceci étant dit et écrit, revenons à Juan et à Alain Juppé :

« 1.  Alain Juppé concourt sur un positionnement politique encombré, le centre-droit. Sa modeste couleur gaulliste n’y change pas grand chose. Il fait clairement campagne au centre, y compris sur des sujets sociétaux. Sa récente prise de position en faveur de l’adoption par les couples homosexuels en est l’une des dernières illustrations. »

C’est vrai et faux … Juppé est clairement de droite mais d’une droite sereine, apaisée et moderne… à l’opposé de Nicolas Sarkozy qui tire la droite vers son extrême idéologique. Il s’oriente ainsi sur une campagne de type Chirac 95 qui avait électoralement bien fonctionné. Sur ce qui est de l’encombrement … il y a qui exactement ? Bayrou se présentera si Juppé n’y va pas, Fillon va perdre la primaire dans tous les cas … il reste les cadors de l’UDI qui se coucheront comme d’habitude bien sagement au pied du papa UMP … Donc oui Juppé est un candidat de centre droit mais non il n’a personne face à lui dans ce positionnement.

7772407987_le-nouvel-observateur-affiche-nicolas-sarkozy-en-une-de-son-edition-datee-du-4-juin-2014
Un retour plus difficile que prévu

“2. Alain Juppé laisse Nicolas Sarkozy s’emparer de l’UMP, qui n’est qu’une machine électorale. Vous rappelez-vous quand un candidat a remporté une élection nationale sans le contrôle de son parti ? Juppé devrait méditer les exemples ratés des candidatures de Balladur en 1995, ou Royal en 2007.”

Là encore il est vrai qu’Alain Juppé laisse Nicolas Sarkozy reprendre la tête de l’UMP néanmoins dans quelles conditions ? Juppé et Fillon savonnent allègrement la planche à l’ancien président qui aurait du être élu avec 85 % des voix et qui devra au mieux se contenter de 60 % ce que tous les commentateurs éclairés analyseront comme une défaite … Par ailleurs je me souviens que Giscard a emporté l’élection présidentielle de 1974 sans le soutien d’un vrai parti politique contrairement à Chaban Delmas … Pour autant le candidat de l’UMP aura le soutien de l’UMP et Juppé n’envisage pas de se présenter contre le candidat de l’UMP … ça s’appelle les « primaires » et croyez bien que la droite n’est pas la gauche … le parti fera tout pour que son candidat soit élu président de la République … c’est le syndrome de la légitimité du chef surtout quand celui-ci annonce qu’il ne briguera pas de second mandat

“3. Alain Juppé ne laboure pas les terres militantes de la droite. Comme Fillon en 2012, il s’épargne de trop nombreuses rencontres de terrain. Il préfère des interviews “bobo-isées” qui l’éloignent chaque jour davantage du coeur politique de son camp. Il est peut-être le chouchou des sondages, les mêmes enquêtes donnent encore Sarkozy largement en tête auprès des sympathisants de droite.”

Juppé n’est pas en campagne ça c’est vrai et pour cause… l’élection est en mai 2017 soit dans 2 ans et demi … commencer à faire campagne dès maintenant serait politiquement suicidaire alors même que ses opposants se fragilisent dans la campagne pour la direction du parti… Pour mémoire on considère que la campagne de Chirac en 1995 est l’une des plus longues de l’histoire et elle ne commença qu’en novembre 1994 soit 7 mois avant le scrutin…

la revanche
la revanche

“4. Alain Juppé a rarement gagné une élection difficile. En 2007, il n’a pas réussi à recouvrer son mandat de député à Bordeaux. En 1995, son court mandat de premier ministre s’est achevé dans la dissolution de 1997.”

Pour le coup là c’est n’importe quoi … Juppé a été député de Paris élu en 1986, 1988 et en 1993 dans le 18ème arrondissement de Paris qui est une terre de gauche par essence ! En 1997 dans le cadre de la dissolution de la majorité de droite il est lui élu député de la Gironde en pleine débâcle de son parti et en 2006 il est élu maire de Bordeaux lors d’une élection partielle au terme de sa période d’inéligibilité. La défaite législative de 2007 est la conséquence du non respect de son engagement de 2006 de ne pas aller aux législatives et il en a tiré les conséquences en ne se représentant pas en 2012.

“5. Alain Juppé est trop gentil. La compétition à droite n’épargne que les fauves. Sarkozy ou Chirac ont fait le ménage, chacun en leur temps, à coups de déstabilisations individuelles, de scandales et de pressions inouïes.”

C’est un jugement de valeur qui doit faire se retourner Philippe Seguin dans sa tombe… quoi qu’il en soit on ne peut avoir la carrière d’Alain Juppé en étant « gentil » c’est un qualificatif bien étonnant pour un homme politique en général et pour un homme de ce calibre en particulier …

En conclusion bien malin est celui qui croit pouvoir prédire 2 ans et demi à l’avance le nom du prochain Président de la République … A ce petit jeu les meilleurs analystes se sont toujours cassés les dents. On se souviendra par exemple d’Alain Duhamel ne citant même pas Ségolène Royal dans son livre sur la campagne de 2007 … Alors oui Alain Juppé n’a certainement pas encore gagné, loin de là… il n’est d’ailleurs pas à mon sens le favori en vue de ce scrutin mais écrire très sérieusement qu’il a déjà perdu est tout simplement de la propagande électorale… ou un vœu pieux…

3 thoughts on “Non Juppé n’a encore ni gagné ni perdu n’en déplaise à SarkoFrance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *