Le shnit festival dans la tourmente homophobe

Share

For the story in english you should visit the blog paper bird

Mona Iraqi entrain de photographier le résultat de sa guerre anti gays
Mona Iraqi entrain de photographier le résultat de sa guerre anti gays

Il y a quelques jours je vous racontais comment une célèbre journaliste égyptienne, Mona Iraqi, avait non seulement participé mais organisé la traque d’homosexuels au Caire au travers d’un immonde show télévisé qui retransmettait l’arrestation d’une vingtaine d’hommes trainés nus par les policiers à l’extérieur d’un hammam devant les caméras de télévision.

Le 9 décembre, alerté par des blogueurs égyptiens je relayais une information inimaginable : la même Mona Iraqi, chasseuse de gays comme d’autres sont chasseurs de vampires, dirige la partie égyptienne du Shnit Festival, Festival international de court métrage basé à Berne en Suisse et dirigé par Olivier van der Hoeven. Une organisation qui s’affirme haut et fort « gay friendly » et à la pointe des combats pour l’égalité des droits.  Pendant près d’une semaine j’ai tenté d’entrer en contact avec les responsables du festival en les noyant de mails et de messages tant sur twitter, facebook et Google plus. Parmi tous ces messages il y en a eu un pour Ekaterina Tarasova, coordinatrice du festival «  @KatjaTarasova what do you feel about « @shnit Festival » working with the egyptian #gay hunter Mona Iraqi ? » Le 15 décembre la réponse de la coordinatrice est enfin venue par le biais d’un simple lien qui renvoyait à une page de la partie égyptienne du festival

kat1Sur cette page (aujourd’hui disparue) le festival annonçait la projection d’un film LGBT « about a girl born as a boy » avec plus bas deux communiqués :

Le premier du Shnit festival : « While researching for the program «El-Mestakhabi» of the channel «Al Kahera Wal Nas», the film team and TV presenter Mona Iraqi came into contact with sources denouncing sex trafficking activities (sex trade for money) in certain public venues in downtown Cairo. These claims were confirmed during filming and preparations for the new episode «El Mostakbai». Before the show was broadcasted, the sources chose to inform and report the crime to the respective authorities. In compliance to the law, an investigation of the public Ramsis bathhouse was ordered. The police closed the venue in the presence of the film team and TV presenter Mona Iraqi on Sunday December 7. The scene was documented first and foremost as a witness for the public and to ensure the police act in accordance with the humanitarian standards. The first of the three episode has already been aired. The entire story iwill be told in El-Mestakhabi’s coming episodes

Traduction : A l’occasion de recherches pour l’émission « El – Mestakhabi » sur la chaine « Al Kahera Wal Nas » , la présentatrice Mona irakienne et son équipe sont entrés en contact avec des sources dénonçant des faits de prostitution dans certains lieux publics du centre du Caire. Ces allégations ont été confirmées pendant le tournage et les préparatifs pour le nouvel épisode « El Mostakbai ». Avant la diffusion de l’émission, les « sources » ont choisi de dénoncer le crime aux autorités compétentes. Conformément à la loi, une enquête sur le hammam « Ramsès » a été ordonnée. La police a fermé le lieu en présence de l’équipe de tournage et de la présentatrice Mona iraqi dimanche 7 Décembre. La scène a été filmée afin d’informer le public et de s’assurer que la police agissait en conformité avec les normes humanitaires. Le premier des trois épisodes a déjà été diffusé.

Le second de Mona Iraqi : « Personally, LGBT is not a issue at all, my story (for El-Mestakhabi) is about sex trafficking in a public place, which is prohibited by Egyptian law. »

Traduction : je n’ai personnellement aucun problème avec les LGBT (gays), mon reportage porte sur la prostitution dans les lieux publics qui est interdire en Egypte

Si je cite complètement ces déclarations c’est parce qu’entre leur publication le 15 décembre et aujourd’hui, le 17, ils ont disparus du site du festival qui semble totalement dépassé par l’ampleur de la contestation sur les réseaux sociaux. L’information a en effet été relayée par le blogueur Scott Long désigné comme l’un des 10 meilleurs tweeters de monde sur la sexualité et le développement par le Guardian en 2014. Il résume parfaitement (en anglais) toute l’histoire sur son blog dont j’ai mis le lien au début de cet article.

Les échanges se sont multipliés sur twitter entre les différents blogueurs et Ekaterina Tarasova avec notamment :

katja-41

Puis

katja-3

Des activistes de la cause homosexuelles ont également participé aux débats et notamment Georges Azzi, militant libanais à la tête de la Fondation arabe pour les libertés et l’égalité. Au terme de ces échanges, Ekaterina Tarasova explique, au nom du festival, qu’elle apporte tout son soutien à Mona Iraqi en qui elle a une entière confiance et que les arrestations d’homosexuels en Égypte sont légitimes puisque l’homosexualité est interdite dans ce pays.

J’envisageais de clore ici mon article sur le sujet avec une conclusion bien sentie vous appelant à boycotter et faire boycotter ce festival qui basculait ainsi de manière flagrante dans l’homophobie la plus primaire. Il faut en effet poursuivre la pression jusqu’à ce que Mona Iraqi soit écartée de l’organisation du festival. D’autant que les choses bouges puisque aujourd’hui, les communiqués de soutien à la journaliste égyptienne ont disparu du site internet de Shnit … à la place on découvre un nouveau communiqué :

« NOTIFICATION CAIRO: The festival will pick up his work in summer 2015. Let us assure you that the matter is being taken very seriously and investigated internally. Appropriate action will be taken once investigation is concluded. »

Traduction : Le festival reprendra son travail en été 2015. Laissez-nous vous assurer que la question est prise très au sérieux et une enquête interne est actuellement menée. Des mesures appropriées seront prises une fois cette enquête terminée.

 Ainsi donc le Shnit Festival commence à prendre conscience de l’immoralité de sa prise de position et de l’incroyable erreur de communication commise par ses responsables… Le combat n’est pas terminé !

If you and your friends and your friends of friends ..etc send E-mails to its Website or comments on G+, Facebook, twitter we could change things and show our support to our egyptians friends. Please write to
shnit FOUNDATION
shnit International Shortfilmfestival
Olivier van der Hoeven
foundation@shnit.org
Marktgasse 36
3011 Bern
CH – Switzerland
+41 (0) 76 572 14 92
or to Facebook Page :
https://www.facebook.com/shnit.org?fref=ts
or G+ : https://plus.google.com/u/0/117256922265679616926/posts
or Twitter :@shnit
MAKE A CHANGE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *