Les coverboys du front national

Share
Julien Odoul, cover boy du cabinet de Marine Le Pen
Julien Odoul, cover boy du cabinet de Marine Le Pen

On connaissait les coverboys des magazines gay et voici désormais les coverboys du FN. Entre outing de son numéro 2, recrutement du fondateur de GayLib, candidats à poil dans les magazines … c’est en fait le Front national qui fait son coming out et s’affirme peu à peu comme le parti le plus gay de la droite française.

A ce petit jeu, la nouvelle prise de guerre de Marine Le Pen s’appelle Julien Odoul. Il a 28 ans et était jusqu’à il y a quelques mois secrétaire général du groupe centriste au Conseil général de Seine-Saint-Denis. Il a intégré le cabinet de la présidente frontiste depuis trois semaines, pour s’occuper de ses déplacements, selon les informations du Lab. Cet historien de formation et ancien collaborateur du député-maire UDI d’Issy-les-Moulineaux André Santini a rencontré la présidente du Front national en juillet 2014 par l’entremise de son directeur de cabinet Philippe Martel, rapporte encore L’Express qui souligne que Julien Odoul a également transité par le PS, votant pour Laurent Fabius à la primaire socialiste de 2006. Il a également été candidat aux législatives de 2012 dans la 10eme circonscription du Val-de-Marne… mais a d’autres talents comme modèle pour Tetu et Gab, deux magazines gays. Le garçon est (en dehors de certaines de ses positions politiques) charmant et avenant avec un gout marqué pour la nudité qu’il devrait assumer “honni soit qui mal y pense” …

 

Alors bien sur on a droit à gauche et à droite (surtout à gauche) aux messages outrés et scandalisés habituels … comment peut on être gay et adhérer à un parti d’extrême droite, donc par essence homophobe ?

Julien Odoul
Julien Odoul
Bruno Clavet candidat FN aux municipales à Paris
Bruno Clavel candidat FN aux municipales à Paris

La vérité est comme d’habitude beaucoup plus complexe et la relation entre homosexualité et extrême droite, plus ancienne et plus profonde que certains semblent le croire. En effet, en première lecture, le fascisme et l’extrême droite en général préconise une politique familiale de type conservateur : un homme, chef de famille incontestable comme Jean-Marie Le Pen, une femme (si possible aimante et subjuguée par le génie de son époux) et des enfants (têtes blondes charmantes et agréables qui prendront un jour la succession).

Pour autant, il existe comme un monde parallèle au sein même de l’extrême droite où l’on glorifie le mâle dominant, la beauté masculine et la franche camaraderie qui peut, par moments laisser à penser qu’on ne se contente pas de se taper virilement sur l’épaule. C’est ainsi que l’ancien maire de Pau, André Labarrère, décédé en 2006, affirmait avoir participé à une tendre initiation “au plaisir entre hommes” avec celui qui est aujourd’hui président d’honneur du Front National et qui avait adressé à ce cher André un mot manuscrit précieusement gardé : « En souvenir de nos délicieux moments passés ensemble » signé « Jean-Marie Le Pen ».

Bb30BuoIgAAe3ozPeut on ainsi être politiquement homophobe et au moins en partie homosexuel ? C’est une question qu’on aimerait poser à Ernest Röhm, homosexuel et chef de la Sturmabteilung (SA), première organisation paramilitaire du parti nazi d’Adolf Hitler avant d’être exterminée par la SS. On pourrait aussi aller à Moscou interroger les membres du G.A.S.H., Gay Aryan Skinheads, mouvement national-socialiste homosexuel ou encore le leader néonazi allemand Michael Kühnen qui affirmait dans les années 1980 que « le véritable national-socialisme est le national-socialisme homosexuel » ; un national-socialisme où les homosexuels dominants sont les chefs de clans…

On pourrait bien sur revenir sur les cas des principaux leaders de partis d’extrême droite de ces 20 dernières années qu’ont été Pim Fortuyn aux Pays Bas ou Jorg Haider en Autriche. Deux hommes, fondateurs et leaders de leurs partis respectifs qu’il menèrent aux portes du pouvoir avant de tous les deux mourir prématurément, le premier assassiné, le second dans un accident de voiture. Le premier était ouvertement et publiquement homosexuel, le second un père de famille « outé » par son amant.

En France, le basculement des homosexuels de droite vers le FN s’est accéléré depuis deux ans à cause du débat sur le mariage pour tous. Pour aussi surprenant que cela puisse paraitre il y a pas de déterminisme sexuel en politique. On peut être gay et conservateur et on peut être gay et fasciste… l’un n’empêche pas l’autre… l’homosexualité ne saurait être un vaccin anti xénophobie.

Paul-Marie Coûteaux et Florian Philippot
Paul-Marie Coûteaux et Florian Philippot

Quand on est gay et conservateur, voire réactionnaire on a alors le choix entre l’UMP et le FN or, le parti de Nicolas Sarkozy a choisi une ligne politique clairement et ouvertement homophobe dans le fond comme dans la forme alors que le parti de Marine Le Pen a été relativement subtil.

Si le parti d’extrême droite était bien présent dans les cortèges de la « Manif pour tous », il s’est bien gardé de se positionner idéologiquement. Marine le Pen et son entourage ont réussi l’incroyable pari d’un double discours avec une frange nationale catho représentée par Gollnish et la nièce le Pen qui hurlent « un papa et une maman » et de l’autre côté une frange moderniste homo compatible qui explique le mariage c’est pour les hétéros, l’Union civile c’est pour les gays ; discours partagé par l’immense majorité des gays conservateurs.

Bref, le Fn est devenu une terre d’accueil pour les gays conservateurs victimes des discours outranciers de leurs camarades hétéro-conservateurs de l’UMP.

Terre d’accueil d’autant plus prometteuse pour un jeune ambitieux qui peut vouloir mettre davantage en avant son avenir plutôt que ses valeurs… Voyez-vous il en est au fascisme comme partout ailleurs, l’homme politique va prioritairement là où son ambition peut le plus facilement prospérer. Certains font ainsi le pari de voir Marine Le Pen à l’Elysée en 2017 ou en 2022 et quand on a 28 ans en France, le seul parti prêt à vous donner une place au premier rang… c’est le Front national qui a permis l’élection de la plus jeune députée de France, du plus jeune sénateur de France et du plus jeune maire de France dans une commune de plus de 5 000 habitants… A 28 ans à l’UMP ou au PS on prépare le café et on range la salle après la réunion …

Il revient donc aux partis traditionnels et républicains de reconquérir ces jeunes politiques, de leur donner une place pour éviter que le saignement actuel ne se transforme en hémorragie dans les deux ans qui viennent !

Mise à jour du 31 décembre 2015 :

Matthieu Chartraire
Matthieu Chartraire

Quelques jours seulement après la publication de cet article voici que les lecteurs et amis du journal Tétu ont désigné leur “Mister Gay France 2015”. Le candidat élu avec 11 points d’avance sur le n°2 est Matthieu Chartraire, électeur déclaré du Front national. Il revendique le fait de partager les valeurs du parti de Marine Le Pen tout en précisant qu’il ne se résume pas à cela. Ainsi, malgré de nombreux appels sur les réseaux sociaux à faire élire un autre candidat, les quelques
11 000 votants ont été 30 % à se prononcer en sa faveur.

“Après ma candidature au mois de mai et l’incident sur Facebook, je me suis fait traiter de raciste, j’ai reçu des menaces de mort, on m’a traité de facho et de tous les noms possibles et imaginables. Mais j’ai reçu beaucoup plus de messages de soutien. Il y a beaucoup de gays qui ont voté pour moi et qui m’ont soutenu, même s’ils ne partageaient pas mes idées et celles du Front National. On a le droit de voter pour qui on veut. Je ne partage pas l’intégralité des idées du Front National, voilà ce que je veux dire. Ce n’est pas parce que je vote FN et que je me sens plus proche de ce parti que d’un autre que je suis d’accord avec tout ce que dit le parti, avec toutes ses idées et toute son histoire.” La marche vers la normalisation se fait beaucoup plus rapidement que ce que nous avions voulu croire ou laisser croire…

Ca n’a pas empêcher le garçon de faire carrière la preuve en images :

6 thoughts on “Les coverboys du front national

  1. @itsgoodtobeback @fredgers32 En effet en photo çà va, on ne les entend pas ! Un FN supportable doit être silencieux !

  2. @itsgoodtobeback en tout cas, tu as une plume que j’apprecie lire, content de t’avoir trouvé!

  3. @itsgoodtobeback il sait pas trop ou il en est @JulienOdoul : UDI > FN mais aussi àGauche, ca sent la quête d’idendité …ou l’opportunisme et il soutient Zemmour, j’aimerais bien connaitre ses arguments…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *