Mona Iraqi : la femme qui traque les homosexuels égyptiens

Share
Mona Iraqi entrain de photographier le résultat de sa guerre anti gays
Mona Iraqi entrain de photographier le résultat de sa guerre anti gays

Au-delà de l’immonde il y a les serviteurs dévoués à l’immonde. C’est notamment le cas d’une femme, journaliste la chaîne égyptienne pro-gouvernementale Al Kahera Wal Nas: Mona Iraqi. Depuis l’élection du maréchal Abdel Fattah al-Sissi en mai 2014, la communauté gay a été prise pour cible par le gouvernement. Les arrestations de masse ne sont pas chose nouvelle dans ce pays à l’administration ouvertement homophobe mais se multiplient depuis quelques mois. Cette politique vise à redorer l’image conservatrice d’un régime qui s’est imposé par la force des armes. Cette traque contre les homosexuels utilise tous les outils disponibles que ce soit le net ou les lieux de rencontre. La société de l’application Grindr affiche ainsi en Égypte une alerte pour ses utilisateurs leur demandant d’être « prudents lorsqu’ils arrangent une rencontre avec des personnes qu’ils ne connaissent pas », et de « faire attention lorsqu’ils publient une information qui pourrait révéler leur identité » car des policiers se font passer pour des homosexuels sur l’application afin de piéger ses utilisateurs locaux.

Il y a deux jours, le 7 décembre, à 22h00, les forces de l’ordre investissent avec fracas un hammam du quartier de la gare centrale du Caire. Les témoins de la scène racontent la violence de l’intervention conjointe de l’armée et des forces de sécurité qui procèdent à l’arrestation de 26 hommes, trainés nus dans la rue. Ce que les témoins racontent également c’est qu’avant l’arrivée des forces de l’ordre, c’est la journaliste Mona Iraqi et son caméraman qui se sont présentés devant la porte de l’établissement réclamant au propriétaire le droit de filmer à l’intérieur. Ce n’est qu’après le refus de l’intéressé que la police a été prévenue et est intervenue.

Celle qui a désormais gagné le qualificatif de « The Bitch » sur les réseaux sociaux a filmer et photographier toute l’intervention policière. Sur son compte Facebook elle publie les photos des 40 prisonniers avec leurs visages apparent et annonce comme pitch de sa prochaine émission : « nous vous révélerons les détails à propos des nids de perversion collectifs au coeur de la capitale… ainsi que toute l’histoire de ces nids à sida. »… Non n’allez pas vomir de suite, elle ajoute avec smiley « Aujourd’hui est une belle journée… notre émission a pu dissoudre un lieu de perversion entre hommes et les capturer en flagrant délit… Mon dieu la réussite est belle et atteindre ses buts est encore mieux… »

Il n’y a pas de mots pour décrire cette chose immonde cachée dans un corps de femme, il n’y a qu’un combat à mener pour que les droits humains soient respectés qu’elle que soit la culture ou la religion du pays où vivent ces êtres humains. Quant à « The Bitch » voici l’adresse de sa page facebook et de son compte twitter. En résumé : #takedownmonairaqi

8 thoughts on “Mona Iraqi : la femme qui traque les homosexuels égyptiens

  1. Hello,

    I do feel that disgusting thing from what Mona Iraqi’s action, and that says all journalists are like her .

    Anyway, i know that she’s a director of Shnit International Film Festival in Egypt, and if you and your friends and your friends of friends ..etc send E-mails to its Website :

    shnit FOUNDATION
    shnit International Shortfilmfestival
    Olivier van der Hoeven
    foundation@shnit.org
    Marktgasse 36
    3011 Bern
    CH – Switzerland
    +41 (0) 76 572 14 92

    or to Facebook Page :

    https://www.facebook.com/shnit.org?fref=ts

    I think at least she will say sorry about what she did or the festival will delete her from being director of it in Egypt .

    Please spread this information to all you know and tell them to spread it to others .

  2. Diffusez tous cela sur vos pages facebook et signalez sa pages à facebook…il faut que nous soyons des milliers à le faire….aujourd’hui 40 personnes sont en prison en Egypte suite à cette rafle organisée par cette femme …soyons solidaires de ces hommes emprisonnés pour avoir fréquenté un sauna…diffusez cela largement sur vos pages
    Le journalisme est fait pour informer, dénoncer les crimes et défendre les droits de l’homme et la liberté. Le geste de cette journaliste est une haute trahison des journalistes et de l”Homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *