Le scandale des Baumettes : à quoi servent nos prisons?

Share
Photo-selfies-detenus-Nice
détenus de la prison de Nice

Corps huilés, muscles saillants au sortir d’une séance de sport… Les photos partagées sur Facebook ne sont pas une énième campagne de pub pour un centre de vacance au soleil mais bien une mise en scène de la vie quotidienne des détenus de la maison d’arrêt de Nice.

 En fait, il y a fort à parier que ce n’est que le début d’un long concours du meilleur cliché de cellules à travers la France. Alors que l’administration pénitentiaire a annoncé, lundi, avoir fermé une page Facebook sur laquelle des détenus de la prison des Baumettes (Marseille) avaient publié des clichés de leur détention, le quotidien Nice Matin révèle que les détenus niçois ont fait de même et il n’est pas besoin d’aller chercher bien loin pour avoir un aperçu assez précis de la vie de ces jeunes gens : de la douche au plan allongé dans sa cellule pétard à la bouche, ils sont ainsi une quinzaine de détenus à s’échanger des like et des commentaires sur Facebook selon Nice-Matin. Dans une vidéo, on peut même suivre un feu d’artifice tiré à l’occasion du jour de l’An par des proches de l’un des détenus à deux pas de la maison d’arrêt.

C’est la réponse des niçois aux marseillais … mais cela pose naturellement la question de la sécurité au sein des prisons françaises où l’on a désormais la preuve que pullulent téléphones portables, grosses coupures et drogue …  Cela doit également nous amener à nous interroger sur le sens que la société donne concrètement aux peines de prison ferme… Le débat éternel entre sanction et réinsertion n’est pas clôt, bien au contraire il est au cœur de cette actualité qui tend à démontrer que la prison ne remplit plus aucune de ces deux missions fondamentales.

sonny barker_PRISON_CELL_SELFIES_MAIL_
Sonny Barker et Korrel Kennedy dans une prison britannique … avec Play Station intégrée

Pour autant le débat est loin d’être franco-français comme on a trop tendance à le croire … cette mode de la selfie des détenus a déjà fait sensation en Angleterre au mois d’octobre 2014. Le DailyMail se scandalisait le 31 octobre d’avoir découvert sur facebook des selfies de meurtriers et de voleurs. Le journal britannique fustigeait alors je cite “une vie de luxe où les prisonniers sont divertis par la télévision, des playstation et la Ligue des Champions”… Le journal s’appuyait sur les publication de Sonny Barker, 20 ans, condamné de 8 ans de prison pour avoir menacé une mère et son enfant avec une arme blanche lors d’un cambriolage. Dans les photos publiées, il pose avec son codétenu Korrel Kennedy – un ancien mannequin de Jean Paul Gaultier condamné pour avoir agressé un homme avec un couteau. Les images montrent les deux détenus en sous-vêtements devant une télévision , une Playstation 2 et un mini- réfrigérateur … Le journal s’arrête aussi sur le cas plus ancien d’Adam Ghali qui publiait sur Facebook une sorte de guide Michelin des prisons et notamment de la prison de Camp Hill sur l’île de Wight en 2009 . Il y affirmait être en vacance dans un centre de villégiature cinq étoiles de sa Majesté la Réine avec une salle de bains privative et regrettait que “la couverture wifi laisse beaucoup à désirer”… Les messages étaient accompagnés de photos du détenu posant torse nu avec des photos de femmes légèrement vêtues couvrant le mur derrière lui. Ghali purgeait alors une peine de prison de 18 mois vol avec violence.

Ainsi donc ce phénomène de la “Jail Selfie” n’est ni nouveau (en en parlait ici même en 2011), ni français. Il vient juste d’émerger dans nos médias qui découvrent de manière assez surprenante que la prison n’est plus et depuis longtemps ce lieu de perdition sociale qu’il fut par le passé. Mais quelle est la vérité sur la prison ? Est ce que ces lieux se résument aux visages souriants de ces jeunes gens si contents de leur sort ou est ce que ces images mises en scène par des esprits un rien bravaches ne cachent ils pas une autre réalité ?

Ces conneries de jeunes crétins vont elles nous faire oublier que le taux de suicide dans les prisons françaises a quintuplé en 50 ans alors qu’il a dans le même temps peu changé dans la population générale… c’est ainsi  tous les 3 jours qu’en France un détenu ou une détenue se suicide… et là pas de selfie, pas de pose virile … juste la souffrance. Il y a aussi le viol carcéral … en 2013, l’administration pénitentiaire a recensé 8 560 agressions entre co-détenus, rapporte l’Observatoire international des prisons (OIP).  Quelle est la proportion de viols carcéraux ? Nous l’ignorons. Principale raison : aucune distinction n’est faite entre le viol et les autres types de violences, rendant une évaluation du problème quasi impossible. Si problème il y a même. Car pour l’OIP, le viol carcéral est un fait « rare et marginal » qui ne s’inscrit « pas dans la réalité de tous les jours »… la savonnette n’est donc qu’un mythe en France et pourtant aux États-Unis, les observateurs estiment que  87 000 détenus en seraient victimes chaque année … en France cela n’existerait pas … officiellement. Gardons nous des avis trop rapidement exprimés, à l’emporte pièce, sur la base de l’actualité à chaud et posons nous les vraies questions sans oublier la réalité de la vie carcérale.

La prison des Baumettes Marseille
La prison des Baumettes Marseille

Alors non, la prison n’est pas une villégiature, une salle de sport cool à la CMG ou un lieu de socialisation que tout le monde attend de rejoindre. La prison est une institution en crise où s’entassent des hommes et des femmes souvent en perdition … s’entasser, c’est le mot … La situation des prisons est à ce titre catastrophique. Avec 66.530 détenus, la surpopulation carcérale s’élève à 12.200. «16% des détenus en maison d’arrêt bénéficient seulement d’un encellulement individuel», rappelle Jean-Jacques Urvoas. Pierre-Victor Tournier, le seul statisticien sérieux capable de dresser un état des lieux que la direction de l’administration pénitentiaire elle-même se refuse d’établir, fait un constat paradoxal. «On compte en France 3700 places de prisons inoccupées, souvent faute de personnels en nombre nécessaires, mais aussi parce qu’il existe de fortes disparités régionales». À l’inverse, la maison d’arrêt de Nanterre compte depuis cet été 1 050 détenus pour 599 places. Pour autant, l’argument du manque de moyen ne satisfait plus personne: «L’administration pénitentiaire fait tout pour baisser le nombre d’heures supplémentaires des surveillants mais paiera, en 2014, 2,5 millions d’euros d’indemnités suite à des condamnations pour manquement à l’encellulement individuel», fait remarquer Jimmy Delliste, de FO Pénitentiaire Direction, tandis que l’Ufap, le principal syndicat des surveillants de prison, rappelle que «depuis janvier la seule prison de Ducos en Martinique a dû régler pour les mêmes raisons 160.000 euros». «L’administration pénitentiaire est la seule administration à voir ses moyens augmenter chaque année, constate Jean-Jacques Urvoas. La priorité pour moi n’est pas l’augmentation des budgets destinés à rémunérer les prestataires privés de l’administration pénitentiaire.» Le président PS de la commission des lois se prononce pour «la construction de nouvelles places de prison effectives», mais aussi «pour faire sortir de prison ceux qui n’ont rien à y faire, comme les handicapés physiques ou mentaux». (en italique extrait d’un article du Figaro du 26 novembre 2014)

Mon sentiment personnel et non éclairé en la matière c’est que notre politique carcérale est en crise non par manque de volonté ou de moyen mais tout simplement parce que ça fait 50 ans qu’il n’y a plus de politique carcérale du tout. Aucune ligne directrice, aucune ambition, aucun projet, même les discours les plus évidents ne sont pas suivis des faits. Aujourd’hui, aucun homme politique en responsabilité n’a d’opinion clairement établie sur le sujet alors ne parlons même pas de projet politique. Nos prisons intéressent personne parce que personne ne s’intéresse aux hommes et aux femmes qui les peuplent et dès lors c’est une véritable bombe à retardement qui n’attend que le bon détonateur pour nous péter au visage …

Le vrai visage de la prison des Baumettes au delà des selfies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *