Mona Iraqi, the gay hunter, poursuivie pour dénonciation calomnieuse

Share
Mona Iraqi the gay hunter à son tour devant le tribunal
Mona Iraqi the gay hunter à son tour devant le tribunal

Souvenez vous, nous sommes en Égypte, le 7 décembre 2014 , à 22h00, les forces de l’ordre investissent avec fracas un hammam du quartier de la gare centrale du Caire. Les témoins de la scène racontent la violence de l’intervention conjointe de l’armée et des forces de sécurité qui procèdent à l’arrestation de 26 hommes, trainés nus dans la rue. Ce que les témoins racontent également c’est qu’avant l’arrivée des forces de l’ordre, c’est la journaliste Mona Iraqi et son caméraman qui se sont présentés devant la porte de l’établissement réclamant au propriétaire le droit de filmer à l’intérieur. Ce n’est qu’après le refus de l’intéressé que la police a été prévenue et est intervenue. Le motif de l’intervention policière est claire :  «débauche», terme employé pour “actes homosexuels”.

Nous avions commencé à relayer l’information le 9 décembre et cette histoire avait fait l’objet de 4 articles sur ce blog qui avait été le premier à révéler les liens entre la présentatrice homophobe et un festival suisse gayfriendly… Homophobe, plus que journaliste, Mona Iraqi  avait filmer et photographier toute l’intervention policière. Sur son compte Facebook elle publiait les photos des 26 prisonniers avec visages apparents et annonçait comme pitch de sa prochaine émission : « nous vous révélerons les détails à propos des nids de perversion collectifs au coeur de la capitale… ainsi que toute l’histoire de ces nids à sida. »… Non n’allez pas vomir de suite, elle ajoute avec smiley « Aujourd’hui est une belle journée… notre émission a pu dissoudre un lieu de perversion entre hommes et les capturer en flagrant délit… Mon dieu la réussite est belle et atteindre ses buts est encore mieux… »

 Mona Iraqi après son arrestation, photo publiée sur la page facebook de de Tareq Al-Awadys
Mona Iraqi après son arrestation, photo publiée sur la page facebook de de Tareq Al-Awadys

Devant la pression médiatique intense exercée sur ses organisateurs, le Schnit festival avait fini par lâché la journaliste la veille de Noël expliquant que les actes de Mona Iraqi étaient en contradiction totale avec les principes défendus et soutenus par le festival. Pour autant, l’histoire ne s’arrête pas là parce qu’après plus d’un mois de détention, les 26 clients qui avaient finalement été poursuivis et les membres du personnel ont été acquittés le 12 janvier 2015. Le dossier était vide, à part le témoignage peu convainquant d’un unique policier qui prétendait avoir identifié les protagonistes d’une orgie dans le bain de vapeur… On se demande bien comment mais bref… Le site 360 raconte que pour les observateurs, l’intérêt international aura sans doute pesé dans le verdict du petit tribunal correctionnel où l’affaire était jugée devant des familles indignées. C’est un jugement sans précédent dans un pays où la justice n’hésite pas à condamner sans preuves. «L’homosexualité n’est pas un sujet évident auprès des activistes égyptiens. Je pense que Mona Iraqi misait là-dessus. Elle ne s’attendait pas à ce que les gens se retournent contre elle», estime le bloggeur Scott Long. La mésaventure aura toutefois laissé certains des acquittés profondément meurtris. Bien que blanchi, un des clients du hammam pris dans la rafle a tenté de mettre fin à ses jours par immolation, au début du mois.

Une plainte a été déposée par Tareq Al-Awady, avocat représentant des familles de certains des 26 hommes, … et c’est ainsi que le le bureau du procureur du Caire a annoncé mardi 24 février que Mona Iraqi allait être jugée dans deux procès — l’un pour diffamation à l’encontre des 26 hommes et diffusion de fausses informations, et l’autre pour décider du sort de son émission…. Entre temps Mona Iraqi a été arrêtée par la police alors qu’elle filmait dans une école sans autorisation… dénoncée par le directeur, elle a été prise en photo par l’avocat Tareq Al-Awady au moment de son arrestation… Comme pour renvoyer l’ascenseur à la pseudo journaliste, lui aussi a publié la photo sur son mur facebook …

La vie professionnelle de Mona Iraqi est donc entrain de s’effondrer à grande vitesse et vous ne verrez aucune larme sur mon visage pour la plaindre. en dehors même du caractère purement homophobe de ses pratiques, son émission est en elle même une insulte au journalisme et à l’intelligence humaine et dieu sait que nous n’avons pas besoin de ça par les temps actuels…




			

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *