Obama, la vidéo présidentielle ou pathétique ?

Share
Obama sur Buzzfeed
Obama sur Buzzfeed

En France il y a les traumatisés du 21 avril 2002. Aux Etats-Unis et dans le monde entier il y a les traumatisés du 2 novembre 2000. Ce soir là, le vice président de Bill Clinton, Al Gore, un modéré de centre gauche, considéré comme progressiste sur les questions sociales, environnementales et sociétales devance le gouverneur du Texas Georges W Bush, républicain, religieux, conservateur et pour le moins peu expérimenté de près de 550 000 voix au niveau national mais les deux candidats sont au coude à coude au niveau des États et des grands électeurs lesquels élisent le Président. Les résultats sont si serrés dans certains États, comme le Nouveau-Mexique et la Floride, qu’il faut parfois un second décompte des voix. Au Nouveau-Mexique, après avoir été déclaré vainqueur avec dix mille voix d’avance, un nouveau recomptage voit l’avance d’Al Gore fondre à trois cents voix. En Floride, l’écart n’est que d’une centaine de voix alors que l’administration locale dirigée par le gouverneur, frère de Georges Bush, a déclaré invalides plusieurs milliers de bulletins généralement favorables à Al Gore. Certains bureaux de votes sont mêmes officiellement fermés pour irrégularités. Un recomptage méthodique est ordonné en particulier dans trois comtés litigieux, et à la fin de celui-ci George Bush est encore gagnant avec 1 500 voix environ d’avance. 

Les avocats d’Al Gore obtiennent de la cour suprême de Floride (dont six juges sur sept sont démocrates) un nouveau recomptage manuel dans les comtés de Miami-Dade, Palm Beach et Broward. Ce faisant, la cour de Floride dépasse ses compétences judiciaires et réécrit le code électoral ce qui sera immédiatement contesté devant la Cour suprême des États-Unis par les avocats de George W. Bush, d’autant plus que les trois comtés litigieux sont majoritairement dominés par les démocrates et sont les plus aptes à apporter à Al Gore une réserve de voix suffisante pour le faire élire. C’est ainsi que la Cour suprême des États-Unis (dont sept juges sur neuf ont été nommés par des présidents républicains) finit par annuler l’ultime recomptage manuel des voix en Floride, jugé illégal par cinq voix contre quatre alors que seul le comté de Miami-Dade n’a pas fini de procéder au recomptage manuel et qu’Al Gore est toujours devancé de plus d’une centaine de voix. Et c’est ainsi que George W. Bush est finalement désigné président des États-Unis par la Cour suprême, de justesse, grâce aux voix de Floride qui lui permettent d’obtenir les suffrages de 271 grands électeurs contre 266 à Al Gore. Le résultat officiel final est donc de 50 459 211 voix pour Bush (47,9 %), 51 003 894 pour Gore (48,4 %), Ralph Nader (écologiste) en obtient 2 834 410 (2,7 %) et Patrick Buchanan (Reform Party) 446 743 (0,4 %). Douze autres candidats obtinrent également des voix (en tout 0,6 %).

Bref le traumatisme est énorme et se solde par deux fois 4 ans d’une présidence républicaine au bilan catastrophique pour les Etats-Unis et le monde… Je n’ai pas besoin de m’appesantir sur ce point, le 11 septembre, l’émergence du Tea Party, la guerre en Afghanistan, la guerre en Irak, le Patriot Act et j’en passe… C’est ainsi que le 2 novembre 2008, l’élection à la présidence des Etats-Unis de Barack Obama est vécue comme une véritable libération pour tous les progressistes aux Etats-Unis mais pas seulement. Des sondages réalisés dans tout le monde occidental donnaient des résultats hallucinants. Si les européens avaient du voter, Obama aurait obtenu partout plus de 80 % des suffrages…

L’homme était brillant, drôle, efficace et parlait d’espoir… tout ce qu’il fallait après 8 ans de Busheries. La popularité du président américain a perduré de ce côté ci de l’Atlantique alors qu’aux Etats-Unis Obama est redevenu un homme politique comme les autres, critiquable et critiqué. En France, et plus largement en Europe, tout ce que fait Obama est marqué du sceau de l’icone mondiale. C’est par exemple le cas de cette vidéo publiée il y a quelques jours sur le site d’info Buzzfeed intitulée “Things Everybody Does But Doesn’t Talk About” et où le Président en exercice joue son propre rôle dans un exercice d’auto-dérision visant à promouvoir sa politique et surtout sa grande oeuvre : le obamacare. L’objectif déclaré est de convaincre les américains à visiter le site https://www.healthcare.gov/ .

Je suis comme vous, je trouve la vidéo merveilleuse et je me prend à rêver parfois d’un Obama français ou européen… et pourtant, aux Etats-Unis, la vidéo d’auto-promotion ne fait pas l’unanimité. La très réactionnaire et anti Obama Fox News titre “jeu présidentiel ou pathétique ?” . Les journalistes expliquent que la vidéo a été publiée qu’alors même que la Maison Blanche rendait publique la mort d’une otage américaine. Se pose alors la question de l’image “présidentielle” de Barack Obama et de ce qu’il en restera au terme de son mandat… Je me marre, j’adhère mais je ne peux qu’être d’accord, de manière très exceptionnelle, avec les républicains sur cette critique.

En une phrase, je me demande simplement qui cela ferait rire en France si François Hollande faisait la même vidéo ? Marine Le Pen peut être …

 

* les passages en italique sont une libre interprétation de l’article de wikipédia

1 thought on “Obama, la vidéo présidentielle ou pathétique ?

  1. @mariachapdelain @itsgoodtobeback Monsieur “Show man” dans toute sa splendeur.Ce qu’il a tjrs été d’aillleurs. #Obama humm…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *