La face cachée de la loi de santé par Elodie GILBERT

Share

Les Invités de It’s Good To Be Back sont de retour avec la contribution de Elodie GILBERT, Masseur-Kinésithérapeute qui partage avec nous sa vision de la loi de Marisol Touraine qui met tout le corps médical dans la rue. Si vous aussi vous souhaitez publier sur IGTBB n’hésitez pas à nous contacter via Google +, Twitter ou Facebook . Vous pouvez également laisser un commentaire sur un article.

La loi Santé
La loi “Santé”

La loi de santé c’est avant tout “la mort de la médecine libérale” (propos de Brigitte Dormont économiste membre de Terra Nova proche du PS). C’est une mise sous la tutelle de l’ARS (agence régionale de santé) et des organismes payeurs (assurance maladie et mutuelles) de tous les professionnels de santé.

Pour être plus clair, quelques exemples s’imposent. Le médecin qui dépense trop, qui ne suit pas les protocoles de soins les moins coûteux subira des pressions des mutuelles et de l’assurance maladie ce qui sous-entend qu’il n’aura pas forcément le versement de ses honoraires. Ainsi, votre médecin, votre kinésithérapeute, votre dentiste…ne seront plus libres de choisir le traitement le plus adapté à vos maux.

Prenons un exemple concret celui de l’hôpital de Garches, qui a vu son service d’oncologie pédiatrique fermé. Ce service n’appliquait pas de protocole standardisé comme le suggèrent les bureaucrates mais un traitement pour chaque enfant. Même si les résultats étaient bénéfiques (taux de guérison de plus de 80 % dans les traitements du cancer des os selon Dr Nicole Delépine ancienne responsable de ce service), cette prise en charge individualisée n’existe plus ailleurs.

Il faut savoir que la liberté se perd aussi pour vous patient. En effet, la loi prévoit que vous n’aurez plus le libre choix de vos soignants: médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, dentistes… Votre mutuelle vous indiquera le soignant à consulter, celui qui respecte les protocoles fixés par l’ARS.

Concernant l’accessibilité aux soins, censée être améliorée par cette mesure médiatique qui est le TPG ( tiers payant généralisé), une mise en perspective s’impose.

L’assurance maladie restreint de plus en plus le remboursement de soins courants et le déremboursement de médicaments se poursuit.

Pour être couvert pour des soins de qualité, vous patients allez subir une triple ponction de votre porte monnaie. Les cotisations sociales seront toujours prélevées sur votre salaire. Vous allez payer pour une mutuelle d’entreprise obligatoire choisie pour vous et non individualisée. Enfin vous devrez prendre une « surcomplémentaire » adaptée à vos besoins pour palier au reste à charge en cas de soins dentaires, optiques, hospitalisation, soins hors protocole… C’est donc une atteinte à votre pouvoir d’achat.

En outre, la loi de santé marque la fin du secret médical avec la légalisation de la transmission de la base de données patients aux mutuelles. De cette mesure incompatible avec le code de déontologie des professionnels de santé découlera de nombreuses dérives.

Dans votre quotidien, votre budget consacré aux assurances privées va être considérablement augmenté car les mutuelles pourront faire un prévisionnel de dépenses et appliquer des tarifs en fonction de vos problèmes de santé. Sachant que les mutuelles font partie d’un groupe financier, votre banquier a fortiori pourra aussi avoir la main mise sur votre dossier médical. Ainsi le taux d’assurance d’un prêt sera calculé selon votre état de santé ou pourra même dans certains cas être refusé.

Enfin dans cette loi, il est question du don d’organe et de la liberté de disposer de votre corps comme bon vous semble. Cet article est pour le moment remis en discussion mais il reste présent dans le discours politique. Il prévoit que toute personne qui ne s’enregistre pas comme non donneur est donneur d’organe. Dans les faits, vos proches ne seront plus consultés et les médecins auront l’obligation légale de prélever vos yeux, votre peau, votre coeur…

Contre toutes ces mesures incompatibles avec notre éthique de soignant, nous ne céderons pas.

Le combat de l’UFML et des organisations syndicales de toutes les professions médicales et paramédicales se poursuit. Cette loi votée en première lecture le 14 avril doit être présentée au Sénat en juillet ou septembre mais nous ne cesserons pas de montrer notre opposition à cette loi.

Pour finir et pour bien comprendre les réels enjeux de la refonte de notre système de soins, le ministère de l’économie prévoit la suppression du statut d’ALD c’est à dire la couverture à 100% pour les soins liés à l’affection de longue durée  (diabète, cancer…) pour passer à une prise en charge à 60% par l’assurance maladie et 40 % par les mutuelles.

Les questions qu’il faut donc se poser sont celles-ci:

Voulez vous d’une médecine aux ordres des bureaucrates et des financiers où l’éthique est bafouée? Devez vous abandonner notre médecine libre et indépendante? Trouvez-vous normal de faire subir à une personne malade des difficultés financières supplémentaires? Est ce cela la justice sociale?

Elodie GILBERT, Masseur-Kinésithérapeute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *