Le cuirassé Potemkine de la famille Le Pen

Share
Marine Le Pen peut encore dire merci à son papa
Marine Le Pen peut encore dire merci à son papa

Le Cuirassé « Potemkine », c’est l’un des plus grands films de propagande de tous les temps, réalisé en 1925 par Sergueï Eisenstein.  Il traite de la mutinerie du cuirassé Potemkine dans le port d’Odessa en 1905, de l’insurrection et de la répression par les troupes du Tsar. C’est le gouvernement soviétique qui commande le film à Eisenstein pour commémorer le vingtième anniversaire de la Révolution de 1905. C’est aussi la première véritable œuvre de propagande dans le cadre d’une politique assumée de l’État soviétique qui considérait le cinéma comme un instrument prioritaire de la propagande au XXème siècle.

Alors vous me direz: quid du rapport entre la famille Le Pen, le cinéma soviétique et la Révolution russe de 1905 ? La réponse tient en deux mots : propagande et manipulation.

C’est en fait comme un doute affreux qui vous prend de bon matin quand vous avez ce sentiment diffus mais bien réel qu’on vous a pris pour un con. Un peu comme si votre adolescente vous expliquait et parvenait à vous convaincre qu’il n’y a aucun rapport, mais vraiment aucun, entre son teint blafard, son œil rouge, les cadavres de bouteilles de Vodka déposés probablement par les voisins dans la poubelle et le fait qu’en votre absence ce week-end elle a bien passé deux jours studieux à réviser ses examens… Bref l’espace d’un instant vous avez accepté l’idée d’être l’idiot du village …

C’est exactement le sentiment que je ressens a posteriori après avoir vécu comme vous, par médias interposés, la très criante crise familiale à la tête du Front national.

Depuis la semaine dernière on ne parle plus que de cela … Le Pen fait la Une des médias. Suite aux déclarations successives de Jean-Marie Le Pen sur le “point de détail” face à Jean-Jacques Bourdin puis sur le maréchal Pétain dans “Rivarol”, Marine Le Pen entend prendre des sanctions contre son père. Ce bras de fer politique, aux airs de parricide, ressemble aux (mauvais) soaps américains. Un parallèle que Patrick Cohen s’est empressé de faire sur France Inter, ironisant sur une “séquence fascinante qui faisait soudainement basculer du JT de 20 Heures aux Feux de l’amour”. Et tout le monde de s’interroger sur ce que fera Marine pour se débarrasser de son vieux père et ainsi sauver l’entreprise familiale … quelle sera la position de la nièce adorée du vieux bougon ? acceptera t’il de se retirer en sa faveur pour les élections régionales en PACA ?

La séquence est trop belle pour n’être que le fruit d’un merveilleux hasard …

épisode 1 : Le Pen pète un plomb fasciste devant Bourdin sur BFM le 2 avril : il réaffirme que les chambres à gaz sont un détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale. Sa déclaration fait la une de tous les journaux…

épisode 2 : plutôt fier de la réussite de sa première sortie Le Pen père en remet une couche une semaine après le 9 avril dans Rivarol, ce “torchon” antisémite et raciste. Il attaque frontalement Marine Le Pen et ses proches provoquant un séisme médiatique et politique. Les meilleurs passages sont diffusés dans la presse dès le 8.

épisode 3 : Marine Le Pen entre en scène au journal de 20h de TF1, le plus regardé de France, le soir même du 9 avril et nous fait une grande séquence de dirigeante blessée mais digne qui va sanctionner Jean-Marie Le Pen, qui est “aussi” son père… Elle lui demande néanmoins de se retirer de lui même pour protéger le mouvement.

épisode 4 : les 11 et 12 avril Jean-marie Le Pen se dit blessé, outragé, décidé à résister mais qu’il donnera sa réponse lundi

épisode 5 : le 13 avril au matin Jean-marie Le Pen se retire au profit de sa nièce Marion.

Tout cela est naturellement très crédible mais c’est sans compter les fameuses bouteilles de Vodka vides trouvées dans la poubelle du FN ….

Le 8 avril au cœur même de la très médiatisée crise familiale des le Pen on apprenait que Frédéric Chatillon, proche de Marine Le Pen, ancien leader du syndicat étudiant GUD, était mis en examen mercredi pour financement illégal de parti politique, en l’espèce le Front national. Le lendemain trois autres noms apparaissaient dans la presse : ceux du sénateur David Rachline, du député européen Nicolas Bay et de la présidente du mouvement elle même, Marine Le Pen qui pourraient être auditionnés par les juges dans le cadre de la même enquête pour des irrégularités dans le financement du Front national et plus particulièrement pour les législatives et de la présidentielle de 2012.

Lors des dernières législatives,  le parti politique “Jeanne” (mouvement personnel de Marine Le Pen) prêtait à une grande majorité des candidats frontistes de l’argent avec 6-7% d’intérêt. Elle fournissait par la même occasion des kits de campagne fabriqués par Riwal, la société de Frédéric Chatillon, facturés à environ 16.000 euros. Les enquêteurs soupçonnent que ce système en vase clos ait pu permettre à Riwal de charger l’addition et de pratiquer des surfacturations au préjudice final de l’État, qui rembourse les frais de campagne. La fraude porterait sur plusieurs millions d’euros, selon une source proche du dossier interrogée par l’AFP. Elle aurait aussi permis à Riwal d’accorder des aides financières au FN et à Jeanne. Le Front national s’est toujours défendu de toute irrégularité. Selon lui, «rien ne s’oppose» à ce que Jeanne «prête à des candidats aux élections»…

Ainsi, cette semaine aura médiatiquement été marquée par la fâcherie des Le Pen, se soldant par une paix des braves et un retrait du vieux chef fatigué qui aura probablement rendu un fier service à sa fille et écartant de l’attention des médias des affaires louches et des soupçons de malversation qui font tâches pour un mouvement dont le slogan est “mains propres, tête haute” …

3 thoughts on “Le cuirassé Potemkine de la famille Le Pen

  1. La saga Lepen m’ennuie profondement. Nous ne parlons plus que de ça et au niveau com c’est tout bénéfice pour eux”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *