Richard III de l’avanie à l’éternité : Enfin Roi ! (4ème partie)

Share
Richard III, enfin roi
Richard III, enfin roi

Non je n’ai pas oublié notre petite série sur la Guerre des deux roses qui devaient nous amener jusqu’à la terrible légende noire du roi anglais Richard III. (première partie : A l’origine de la Guerre des deux roses, deuxième partie : l’avènement des Yorks, troisième partie : La fin des Lancastres)

La dynastie York semble désormais solidement installée sur le trône d’Angleterre. Le pays vit dans une paix restaurée qui semble marquer la fin de la guerre des deux roses … mais c’est sans compter le décès prématuré d’Édouard IV en 1483 qui laisse la couronne à son fils ainé Édouard V âgé d’à peine 13 ans. Sur son lit de mort Édouard appelle auprès lui son plus fidèle frère Richard, duc de Gloucester, pour faire de lui le Lord, Protecteur de l’Angleterre et donc régent du royaume. Le futur Richard III entre en scène.

Souvenez vous, en 1461, le duc Richard qui assistait au couronnement de son frère n’avait pas encore 9 ans. Pour faire de lui un homme, le Roi avait donné la charge d’éduquer le petit prince à son mentor et confident le conte de Warwick auprès duquel Richard restera de 13 à 16 ans. En 1469, nous l’avons vu dans les épisodes précédents, Warwick se révolte contre le roi avec le soutien de 3ème frère, le duc de Clarence. C’est donc sur Richard qu’Edouard va s’appuyer pour sauver sa couronne. Il le nomme connétable du royaume à 17 ans et le charge de l’écrasement des révoltes au pays de Galles,  région très favorable au Lancastre. Quand Edouard doit fuir le royaume, Richard l’accompagne et c’est encore lui qui joue un rôle déterminant pour la reconquête aux batailles de Barnet et de Tewkesbury. A tout juste 19 ans, le duc Richard s’est imposé comme l’homme le plus puissant du pays après le roi dont il est l’ombre et probablement  le seul homme de confiance. Il était pour le moins assez évident que se sentant mourir, ce soit vers lui qu’Édouard IV se tourne pour assurer le contrôle du royaume et l’éducation de ses deux fils et notamment de l’ainé qui devenait Édouard V de par la mort de son père.

Edouard V et Richard d`York
représentation romantique d’Édouard V et de Richard d`York

Quand Richard apprend la mort de son frère, il est en province. Il rentre précéipitemment sur Londres et retrouve à Northampton le duc de Buckingham Henry Stafford, ainsi que le jeune roi accompagné de son oncle maternel, Lord Rivers. Dès le lendemain matin, Richard fait arrêté Rivers et tous les autres nobles qui escortaient Edouard V et c’est ainsi que le jeune roi fait son entrée à Londres le 4 mai, encadré par son oncle paternel et son allié le duc de Buckingham. Richard est officiellement nommé protecteur du royaume le 8 mai tandis que le couronnement de son neveu, qu’il a installé, selon la tradition, à la Tour de Londres, est fixé au 24 juin. La reine-mère s’est quant à elle enfermée à l’abbaye de Westminster avec ses autres enfants afin de les protéger des noirs desseins qu’elle prête à son beau frère.

Le 13 juin, Richard fait arrêter les derniers soutiens de la reine-mère puis fait encercler l’abbaye de Westminster et obtient, grâce à la médiation de l’archevêque de Cantorbéry que lui soit remis son autre neveu, Richard de Shrewsbury, qui rejoint son frère et souverain à la Tour. C’est le moment pour le Lord protecteur de sortir l’artillerie juridique … Il affirme que le mariage d’Édouard avec Élisabeth Woodville aurait été contracté sous l’influence de la sorcellerie, Édouard aurait été bigame, voire lui-même un fils illégitime … Dans les fait, Édouard IV avait contracté un mariage secret avec Eléonore Talbot en 1461. Celle-ci était encore vivante quand Édouard épousa Elisabeth Woodville en 1464… dès lors le mariage avec cette dernière était nul … pour autant les deux fils étaient nés après la mort de la première épouse en 1468… qu’importe finalement puisque plus aucun obstacle ne se dresse devant Richard, qui accepte de bon cœur la couronne qui lui tendent les parlementaires le 26 juin. Il est couronné roi d’Angleterre le 6 juillet à Westminster.

Quant à ses deux neveux, princes tristes enfermés à la Tour de Londres, plus personne n’en entendra jamais parlé. Édouard disparaît, ainsi que son jeune frère Richard. On a naturellement accusé Richard III d’avoir ordonné leurs meurtres : cependant, ce qui est réellement arrivé reste un mystère. La légende noire de ce prince ambitieux est née.

Peu après son couronnement, Richard III entreprend la plus grande campagne de publicité de l’époque au travers d’un voyage de plusieurs semaines dans son royaume qui le conduit jusqu’à York à la fin de l’été. A chaque ville qu’il traverse il dispense de nombreux privilèges essayant de se forger une image de “bon roi richard”,  généreux et juste. Il engage des réformes profondes pour protéger le commerce, rendre le système fiscal plus juste et mettre un terme à la corruption du système judiciaire…

Pour autant, rien n’y fait, il reste le tyran qui a fait assassiné deux enfants trahissant la confiance de son propre frère … Dès l’automne 1483, quatre mois seulement après son accession au trone, il fait face à une grande révolte armée réunissant les anciens fidèles d’Édouard IV, choqués par le sort réservé à ses fils. Leur champion est Henri Tudor, réfugié en France. Au mois d’octobre, Buckingham prend les armes contre Richard, tandis qu’Henri se prépare à débarquer sur la côte sud du pays, mais la rébellion tourne court : le duc est capturé et exécuté le 2 novembre, la flotte d’Henri est contrainte à faire demi-tour à cause d’un orage, et les autres meneurs s’enfuient de l’autre côté de la Manche.

Si vous allez étudier de près l’arbre généalogique de rois d’Angleterre en vous rendant sur ce lien, vous découvrirez que Henri Tudor descend par sa mère du roi Edouard III, fondateur des deux dynasties Lancastre et York. Qui plus est, sa grand-mère avait épousée en première noce le roi Lancastre Henri V et était la mère d’Henri VI. Cette généalogie complexe faisait d’Henri Tudor, le dernier représentant de la lignée de Lancastre. La guerre des deux roses pouvait reprendre  !

à suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *