Le principe de Peter enfin démontré par Vincent Bolloré

Share
Vincent Bolloré
Vincent Bolloré

Vous connaissez tous le « Principe de Peter », cette loi empirique relative aux organisations hiérarchiques proposée en 1970 par Laurence J. Peter et Raymond Hull dans l’ouvrage Le Principe de Peter et selon laquelle « dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence » et, « avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité. »

C’est cette règle confirmée quotidiennement par François Hollande qui me vient naturellement à l’esprit quand on me parle de Canal + depuis quelques semaines ….

Et chacun d’y aller de son petit commentaire sarcastique ou de son petit texte vachard comme si tout ce que la France compte de beau frustré et réac tenait enfin sa vengeance sur la flamboyante Canal + en perdition… Les « BoBo » sont au tapis pourrait titrer le goguenard et visqueux Morandini !

Force est de constater que ce qui nous marque, c’est l’échec du Sieur Bolloré nouveau Deus ex machina de la chaine cryptée et du Groupe audiovisuel qui l’entoure. Ne nous y trompons pas, quand on parle de Canal + on oublie bien souvent de penser à Vivendi, la maison mère qui n’est autre que le 2e groupe de divertissement au monde, derrière The Walt Disney Company…. Bolloré n’a pas pris le contrôle de Canal + mais d’une multinationale ultra puissante dans le monde des médias internationaux.

Sachez quand même que c’est en 1822 que sont créées ce qui deviendrait 40 ans plus tard : Les Papeteries Bolloré. Quand le petit Vincent alors âgé de 29 ans prend de la tête de l’entreprise « Odet-Cascadec-Bolloré » (OCB) en 1981, elle est au bord de la faillite. 30 ans plus tard la petite entreprise familiale est devenue un conglomérat international présent dans les secteurs de l’énergie, de l’agriculture, du transport, de la logistique, du fret maritime, de la publicité et désormais des médias présent dans 152 pays, employant 55 000 personnes et réalisant 10,2 milliards d’euros de chiffres d’affaires.

Vendre le groupe Vivendi à Bolloré une fausse bonne idée ?

Bolloré n’est pas un débutant dans le monde des médias et de la télévision … souvenez vous : En juillet 2001, le CSA lance un appel d’offre pour accueillir de nouvelles chaînes sur la TNT française. Vincent Bolloré, déjà lui présente le projet Direct 8 devant le CSA qui le retient et lui attribue une licence de diffusion en 2002. La chaîne est lancée le 31 mars 2005 à 19 h par Vincent Bolloré him self et son directeur Philippe Labro, que l’on retrouvera plus tard. Ils s’adressent aux téléspectateurs en direct du premier étage de la « tour Bolloré », un peu comme la tour Donal Trump mais en moins clinquant et pas à New-York mais à Puteaux… très rapidement l’amateurisme saute aux yeux et les audiences ne décollent pas … Bolloré vire Labro et le remplace par son fiston et héritier Yannick qui donne un tournant commercial et moins « direct » des programmes. Mis à part un ou deux succès d’audience le constat est patent : échec sur toute la ligne pour une chaine qui ne décolle pas …

Direct 8, l'ancêtre de D8 ou du Hanouna Channel
Direct 8, l’ancêtre de D8 ou du Hanouna Channel

Pour autant, en 2010, le groupe Bolloré rachète la chaîne Virgin 17 à Lagardère Active pour une somme qui s’élèverait à environ 70 millions €. Le 1er septembre 2010 à minuit, Direct Star remplace officiellement Virgin 17 …

Je ne vous ferai pas l’affront de vous parler des programmes d’une chaine que comme 99,99 % des Français, je n’ai jamais regardé… Mais disons que le CSA a dans un avis de 2012 fait un bilan chiffré de l’aventure Bolloré dans le monde de télévision : sur la période 2005-2010, Direct Star a perdu 61 millions d’euros. Pour Direct 8 c’est pire … on sait désormais que Bolloré engloutit 80 millions d’euros de budget par an dans les grilles des programmes de Direct 8 pour une audience inférieure à 2,5 %….

Bref Bolloré n’est pas un champion des médias et en 2011 il trouve malgré lui la porte de sortie qui changera tout ….

Bertrand Meheut, le patron de Canal+, qui a réussi à redresser la chaîne cryptée veut y adjoindre des chaînes gratuites. Il demande à Vincent Bolloré s’il envisagerait de céder Direct 8 au groupe Canal + … Le renard se jette sur le poulailler … Il vend ses deux chaines pour 465 millions d’euros payables … en actions Vivendi ! Vincent Bolloré récupère alors 1,7 % de Vivendi et annonce rapidement qu’il compte monter à 5 %, « pour des raisons fiscales » …

Il se dit dans les couloirs que le jour où l’équipe de Canal + prend possession de ses nouveaux jouets, elle se laissa aller à un peu de vantardise n’hésitant pas à exprimer son mépris le plus marqué pour ce milliardaire ridicule qui pensait pouvoir joué au magnat des médias mais qui n’en n’avait ni la carrure, ni les compétences …

Pour eux les choses étaient claires, ce papetier arriviste, ami de Nicolas Sarkozy n’avait pas grand-chose à faire dans des matières aussi intellectuelles que la télévision et la culture … Ils avaient raisons par contre s’il y a bien une chose pour laquelle Bolloré est bon… Ce sont les affaires !

Bertrand Meheut (a droite) et Vincent Bollore ... l'un des deux s'est fait avoir ...
Bertrand Meheut (a droite) et Vincent Bollore … l’un des deux s’est fait avoir …

3 ans plus tard Vincent Bolloré est à la tête de 14,5 % du capital de vivendi et de
30 % des droits de vote. L’homme d’affaires est plus que jamais devenu maître chez le propriétaire de Canal+ et Universal Music grâce à la vente initiale de deux sous-chaines fondées dans un vulgaire bureau du quai de Dion Bouton à Puteaux. C’est un coup de maître qui annonce un retour de flammes pour tous ceux qui l’ont humilié et méprisé quelques années plus tôt.

En quelques mois, Bolloré vire les patrons de Canal +, D8 et Itélé pour placer des hommes à lui. Il fixe lui-même la grille des programmes au gré de ses gouts personnels et avec une seule ligne de conduite : Vivendi doit être la vitrine au service des activités du groupe Bolloré !

Je ne reviendrai pas sur la nouvelle grille de Canal +, d’autres bien plus talentueux l’ont jugé et notamment … les téléspectateurs : Grand Journal (- 48 %), le Supplément (-39 %), le Petit Journal (-30 %), le Tube (-14 %) ou Salut les terriens (-6 %) …. C’est sans parler de l’excellente émission « L’effet Papillon » qui perd 77 % de son audience par rapport à l’année dernière. Que cela soit juste ou pas, la nouvelle grille de Canal + est un échec total et dangereux pour la santé financière du navire amiral du groupe Vivendi.

Quel est le vrai Canal ?
Quel est le vrai Canal ?

Bolloré, l’homme d’affaire qui se rêve en magnat des médias en est le seul responsable… le voici qui démontre à son tour le Principe de Peter, l’incompétence au sommet, aveugle et sourde. Non seulement il n’a pas le talent ou les épaules d’un Rousselet, d’un Francis Bouygues ou d’un Jean-Luc Lagardère mais surtout il s’est totalement trompé de cible, probablement aveuglé par la vision que Sarkozy et ses amis portent sur Canal + : Bolloré a cru acheter la chaîne des Bobo.

En vérité, si Canal est produite et présentée par tout ce que la Bobosphère parisienne compte de plus brillant, c’est d’abord la chaine du prolo ! Canal + offre du Foot, du Cul et de l’humour gras. Canal + ce sont Les Nuls, Groland, De Caunes et Garcia, le foot le dimanche et le film de cul du samedi soir avec un peu du journal du Hard … C’est cela la face immergée de l’Iceberg Canal, celle qui est en crise depuis plusieurs années parce que le foot c’est désormais sur Bein sport, le cul c’est gratuit sur Internet et l’humour gras avec Hanouna sur D8 …. Bolloré s’est attaqué à l’apparence de Canal, le vernis qui cachait encore que la chaine traversait une profonde crise et sa survie était en jeu … désormais tout est clair !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *