Elections régionales : quel avenir pour la gauche, la droite et le FN ?

Share

Les 6 et 13 décembre prochain, vous aurez l’opportunité de voter pour élire les conseillers régionaux qui siégeront dans les assemblées des nouvelles super régions créées par le Gouvernement il y a de cela quelques mois.

Aujourd’hui, je vous propose de vous faire gagner du temps pour vos soirées des 6 et 13 décembre en tirant dès maintenant les leçons du résultat de ces élections :

1 – La gauche est en net recul et la droite “républicaine” progresse mais moins que prévu :

En tout état de cause, la gauche ne peut que reculer. Non seulement on a tous envie de mettre une sérieuse fessée à la majorité pour son mélange d’incompétence, d’inconsistance et parfois de malhonnêteté mais en plus mathématiquement il était inenvisageable que la gauche puisse progresser. En effet, rappelez vous de cette carte qui date de 2010 et qui avait fait titrer au journal 20 Minutes : “il en reste une en haut à droite”!

En fait, depuis 1998, les élections régionales se sont transformées en  un véritable casse tête pour la droite républicaine et en une cure de jouvence permanente pour le Parti socialiste…

Tous les problèmes de la droite datent de 1998. Cette année là se déroule le “vendredi noir” des régions, celui où le FN devient le centre du jeu politique, un prémisse au 21 avril 2002…  En effet, au soir du 15 mars 1998, si la gauche est arrivée en tête dans douze régions sur vingt-deux, il n’existe de majorité absolue que dans deux régions  : le  Limousin à gauche et les Pays de Loire à droite. Dans toutes les autres régions, la majorité n’est que relative voire à égalité et l’alliance avec le FN peut faire basculer douze régions à droite.  Il faudra l’intervention de Jacques Chirac pour limiter l’alliance officielle entre la droite et le FN à cinq régions (Rhône-Alpes, Picardie, Languedoc-Roussillon, Bourgogne et Centre).

Depuis lors la droite a perdu toute crédibilité régionale et n’est pas parvenue à limiter la domination quasi absolue de la gauche sur les conseils régionaux. En 2015, dans un climat particulièrement difficile pour le Parti socialiste, la moindre des choses pour la droite est de reconquérir des régions !

Ce qu’elle fera probablement au soir du second tour, la question étant en quelle proportion ?

sondages au 8/11
sondages au 8/11

Voici à quoi ressemble l’état des forces en présence à un peu moins d’un mois du scrutin :

On constate que la gauche est assurée de garder 3 grandes régions représentant 6 anciennes régions. (Bretagne, Aquitaine, Poitou Charente, Limousin, Midi Pyrénées, Languedoc Roussillon). La droite est pour sa part assurée de remporter 2 régions le Centre et les Pays de la Loire. Pour toutes les autres les résultats sont incertains et feront l’objet de triangulaires aux résultats improbables. La droite est favorite dans toutes ces régions sauf en Picardie Nord Pas de Calais. Pour autant elle doit faire face à la résistance de la gauche en Normandie, Bourgogne Franche Comté et Auvergne Rhône Alpes mais aussi à la montée du FN en PACA mais aussi en Alsace Lorraine, Champagne Ardennes.

Les cartes de la droite seront ainsi au soir du 2nd tour plus ou moins mauvaises  …. et de nombreuses options sont envisageables de la meilleure à la catastrophe …

Le véritable et seul enjeu de ce scrutin sera en fait la capacité du Front national à s’imposer dans des second tour en vue de l’élection présidentielle.

Vous aurez toujours les mêmes crétins qui viendront vous dire : le FN ne progresse pas en comparant les élections régionales et présidentielles. Laissons donc les crétins aveugles à leurs aveuglement et concentrons nous d’une part sur les faits et d’autre part sur les probabilités …

En termes de scores nationaux le FN fait 14,67 % en 1998,  14,7 % en 2004, 11,42 % en 2010. Alors oui vous  allez me dire qu’il baisse … c’est vrai en 2010 le FN commence tout juste à se remettre de la politique de conquête de son électorat voulue en 2007 par Nicolas Sarkozy. Pour autant en 2010, à quelques jours du scrutin les sondages prédisaient un score de 7 à 8 % soit de 3 à 4 points inférieurs à la réalité. Là encore c’est le FN qui crée la surprise au soir du 1er tour.

Ce qui attire mon attention ce sont les résultats par régions au 1er tour : dans combien de régions le FN est il arrivé en tête au soir du 1er tour en 98, 2004 et 2010… Dans combien le sera t’il selon les sondages en 2015 ?

En 1998 c’était 1 région, l’Alsace, au bénéfice d’une division RPR / UDF, en 2004 il n’est en tête nul part mais il est en 3ème position dans 15 régions métropolitaines et en 2ème place dans la région Nord Pas de Calais … déjà …

En 2010, le FN bien qu’en recul de 3 points par rapport à son résultat de 2004, réalise deux performances notoires en Provence Alpes côte d’Azur avec plus de 20 % des voix et dans le Nord-Pas-de-Calais avec 18 %, y talonnant même l’UMP. Il dépasse la barre des 10 % permettant de se maintenir au second tour dans 12 régions contre 17 en 2004. Néanmoins, le FN voit, contrairement à l’élection précédente, son score augmenter entre les deux tours dans les douze régions où il a pu se maintenir (17,5 %). Au premier tour il est encore classé en 3ème position dans 9 régions métropolitaines.

résultats du FN au terme du 1er tour des élections (prévisions en date du 8/11)
résultats du FN au terme du 1er tour des élections (prévisions en date du 8/11)

Pour le scrutin de 2015, les sondages prévoient un score national  de 26 % des voix, loin derrière les 32 % de la Droite mais loin devant les 20 % du parti Socialiste. Voici la carte des prévisions de résultats en faveur du FN avec en gris les régions où le FN se classerait en 3ème position, en beige les régions où le FN arriverait en 2nde position et en marron celles où il arriverait en 1ère position au terme du premier tour.

Ainsi, si le vote se déroulait comme en 1998 à un seul tour de scrutin cette prévision envisagerait que le FN dirige 8 anciennes régions (Nord Pas de Calais, Picardie, Champagne Ardennes, Lorraine, Alsace, Midi Pyrénées, Languedoc Roussillon et PACA) et qu’il serait la première force d’opposition en Haute et Basse Normandie, Centre, Bourgogne et Franche Comté….

résultat du premier tour des élections départementales
résultat du premier tour des élections départementales

Ce type de résultats rappelle ceux dr premier tour des élections départementales de mars 2015. Au soir de ce scrutin j’écrivais : « le FN sème des voix et l’UMP récolte des sièges » En effet, le FN sortait en tête dans de nombreux départements et pourtant, in fine il n’allait en diriger aucun du fait de notre système politique  d’auto défense démocratique particulièrement efficace.

La carte des départementales est néanmoins passionnante en vue des régionales dont on retrouve en filigranes les résultats. Il suffit simplement de projeter et d’amplifier pour tenir compte non seulement de l’évolution de la situation politique mais aussi d’un mode de scrutin plus favorable à la dépersonnalisation de l’élection et au vote d’exaspération. Mais les cartes restent les mêmes…

Au soir de l’élection, ce sera à nouveau l’école des fans : la droite aura progressé et sera contente, la gauche aura résisté et sera contente, le FN aura soit progressé soit conquis au moins une région et sera très content … pour ce qui est des français, ça c’est encore une autre question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *