Un regard sur l’autre Helmut

Share
Chancelier de 1974 à 1982 , Helmut Schmidt, ami de la France
Chancelier de 1974 à 1982 , Helmut Schmidt, ami de la France

Les médias français se remplissent d’hommages émus et légitimes à Helmut Schmidt qui fut en quelques sortes, le Valéry Giscard d’Estaing allemand, mais un VGE qui aurait réussi sa sortie… En 2013, un sondage Forsa révélait que les Allemands considéraient Helmut Schmidt comme le chancelier le plus important de l’après-guerre… Soyons honnêtes, soit les Allemands sont des crétins, soit leurs instituts de sondages sont encore pire que les nôtres. Helmut Schmidt a été un très bon Chancelier mais comme Giscard d’Estaing en France, un homme dont la vie est imbriquée au milieu de statues inébranlables de l’histoire : Konrad Adenaueur, fondateur de la RFA en 1949 et Chancelier fédéral de 1949 à 1963; Willy Brandt, premier chancelier socialiste (1969 – 1974), Prix Nobel de la Paix et initiateur de la politique de détente avec l’Allemagne de l’Est et bien sur Helmut Kohl, celui qui prend le pouvoir à Helmut Schmidt en 1982 et restera dans l’histoire comme le Chancelier de la réunification allemande …

 En Avril dernier, lors de sa dernière apparition télévisée, Helmut Schmidt déclarait « Je ne veux pas vivre 100 ans, mais même ça, je ne pourrai pas l’empêcher ». L’homme est plus réaliste que son peuple. Il y a en effet bien peu de choses qu’Helmut ait réussi à empêcher au cours de sa vie et au moins ce vœux là aura t’il été exaucé dans l’après midi du 10 novembre 2015.

Il était né le   à Hambourg, dans une Allemagne ravagée par la Première Guerre mondiale. Il a 15 ans quand Hitler prend le pouvoir et 21 ans quand éclate la Seconde Guerre mondiale. Il sera affecté deux fois sur le front Ouest, une fois sur le front Est et une fois à Berlin au Ministère de l’air. Prisonnier des Anglais en avril 1945, il aura traversé la guerre sans jamais se compromettre avec le parti Nazi.

au pouvoir
au pouvoir

Socialiste assumé, Helmut Schmidt rejoint le Sozialdemokratische Partei Deutschlands, le SPD, l’équivalent allemand du Parti socialiste dont il va graver rapidement tous les échelons et cela d’autant plus facilement que le mouvement semble toujours écarté du pouvoir restant dans l’opposition jusqu’en 1966, date à laquelle le parti participe à sa première grande coalition avec la droite sous l’autorité du chancelier Kiesinger. Aux élections de 1969, la CDU du chancelier sortant est en tête mais ne dispose pas de la majorité absolue. Willy Brandt (SPD) en profite pour faire alliance avec le parti libéral de droite pour constituer une majorité alternative et transformer la défaite électorale en victoire gouvernementale. Il est élu chancelier et nomme  Helmut Schmidt ministre de la Défense. Trois ans plus tard dans le cadre d’un remaniement Schmidt prend le portefeuille de l’Économie et des Finances. Tout semble sourire à la gauche mais c’est dans une atmosphère de scandale politique sans précédent en Allemagne que Willy Brandt doit démissionner le , une quinzaine de jours après l’arrestation de l’un de ses conseillers personnels, Günter Guillaume, qui avoue être un espion de l’Allemagne de l’Est. Il est remplacé à la chancellerie par  Walter Scheel (vice-chancelier) pendant une semaine, puis par Helmut Schmidt élu Chancelier par le Bundestag.

Schmidt
Schmidt

La poursuite de la politique de Brandt, le sérieux de Schmidt et les bons résultats économiques permettent au nouveau Chancelier d’emporter les élections de 1976 sur son nom et de gagner sa légitimité démocratique. Adepte de la “Real Politik” il poursuivra l’ouverture à l’Est en fondant néanmoins toute sa politique sur le projet européen et l’amitié Franco Allemande dont il fut l’un des principaux artisans.

Schmidt perdit le pouvoir exactement comme son mentor Brandt l’avait emporté : par la trahison des libéraux. C’est ainsi que fonctionne les régimes parlementaires … En février 1982, il gagne le vote de confiance au Parlement, mais quelques mois plus tard, le , la coalition éclate : quatre ministres du Parti libéral-démocrate (FDP), menés par le ministre des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher, quittent le gouvernement, choisissant un renversement d’alliance et apportant leur soutien au chrétien-démocrate, Helmut Kohl.

Schmidt parvient à maintenir son gouvernement où il cumule les fonctions de chancelier et de ministre des Affaires étrangères, jusqu’à ce qu’une motion de défiance le renverse le ,  Helmut Kohl celui là devenant le nouveau chancelier : c’est la première fois qu’un chancelier est renversé de la sorte en Allemagne.

VGE et Helmut Schmidt, ils se sont tant aimés
VGE et Helmut Schmidt, ils se sont tant aimés

Helmut Schmidt a mieux vécu la perte du pouvoir que Giscard d’Estaing. Pourtant finalement, les deux hommes ont vécu la même injustice, celle d’avoir préparé l’Histoire au profit de leurs principaux opposants … Ce n’est pas un hasard si sa lettre de condoléances, François Bayrou l’a adressé à Valéry Giscard d’Estaing, l’autre moitié du cerveau européen de cette époque. Il y écrit ceci :

Le tandem équilibré et chaleureux que vous avez formé, vous comme président de la République française et lui comme chancelier d’Allemagne fédérale, a joué un rôle politique et symbolique considérable, pour nos deux pays, pour l’Europe et pour le monde.

C’est sous votre double responsabilité que le chemin a été ouvert vers une monnaie commune, qu’il a été décidé que le Parlement européen serait élu au suffrage universel et que les sommets européens des chefs d’État et de gouvernement furent mis en place ; de même pour les sommets des grands pays, G5 puis G8, qui devaient remplir le même rôle pour le monde.

Il est frappant de se souvenir que cette commune volonté politique s’appuyait sur une confiance, une estime réciproque, bientôt une profonde amitié. Permettez-moi de vous dire combien auront été importantes l’oeuvre commune et l’affection qu’Helmut Schmidt et vous-même avez su cimenter.

De tout cela, qui était historique et humain, la France, l’Allemagne et l’Europe vous seront profondément reconnaissantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *