Jean Lassalle ou la candidature fantôme de François Bayrou

Share
Les deux hommes du Béarn
Les deux hommes du Béarn

Le député des Pyrénées-Atlantiques Jean Lassalle, 60 ans, a annoncé au quotidien La République daté du jeudi 17 mars qu’il se présentait à l’élection présidentielle de 2017. « Je pose cet acte avec humilité et enthousiasme. Cette décision a été profondément et parfois douloureusement réfléchie. »

L’élu basco-béarnais habitué des coups d’éclat et qui s’est « mis en congé volontaire » du MoDem, précise bien volontiers que sa démarche ne s’inscrit pas dans le cadre de la primaire de la droite.

Une candidature aux apparences de la solitude

Pour beaucoup d’observateurs il s’agit là de l’énième trahison que doit subir François Bayrou dont Lassalle était le plus loyal des amis personnels et politiques. Ce dernier semble ainsi confirmer l’idée d’une rupture politique (et non amicale) en la minimisant. Il précise “Je ne partage pas ses choix politiques actuels. Cela nous est déjà arrivé dans le passé, sans toutefois atteindre ce niveau », mais « nous le surmonterons. Rien n’empêchera François Bayrou de me rejoindre au mois de décembre quand il en aura fini avec Alain Juppé “

Dans cette analyse, il y a certainement du vrai. Lassalle est sorti blessé des élections régionales où il a du s’effacer au profit de la candidate de Juppé dans la grande région Aquitaine, sous la pression amicale mais ferme de Bayrou. C’était le prix à payer pour l’alliance entre le Béarnais et le Bordelais. De la rancœur, il y en a certainement. Pour autant, quand Lassalle affirme qu’il ne partage pas le souhait de Bayrou d’une alliance avec Juppé, il nous fait doucement sourire. Lassalle a été réélu député avec le soutien officiel de l’UMP (ce qui ne fut pas le cas de son camarade béarnais). Mieux encore, à la veille du 2nd tour de 2012, Lassalle annonçait se « désolidariser » du président du Modem qui avait annoncé son intention de voter Hollande, et assumait alors une position minoritaire dans son parti en votant pour Nicolas Sarkozy … au nom, je cite, de « la fidélité à une ligne politique que nous tenons depuis dix ans, et au nom du lien qui nous unit à ceux qui nous ont fait confiance» …
Bayrou a besoin du “coup d’avance” pour se lancer au moment opportun
alain-juppe-et-francois-bayrouAu delà de l’idée d’une rupture et de l’attrait pour l’aventure personnelle, une autre idée me semble plus en adéquation avec la stratégie de Lassalle et Bayrou aujourd’hui. Le président du Modem a toujours dit qu’il soutenait Alain Juppé sans pour autant participer à la primaire (où même y voter) et avec la conviction intime que le maire de Bordeaux ne parviendrait pas à s’imposer face à Sarkozy qui tient le parti. Il ajoutait que si Juppé n’était pas candidat alors et seulement alors il se présenterait pour à nouveau barrer la route à ce Sarkozy qu’il déteste et méprise. Le problème c’est que la primaire n’aura lieu qu’en novembre 2016 et donc que sa campagne éventuelle ne pourrait débuter qu’en décembre soit seulement 5 mois avant le premier tour. Une campagne trop courte pour mobiliser ses soutiens et militants, trop courte pour percer dans l’opinion, trop courte pour constituer les équipes et les financement… trop courte pour rassembler les signatures nécessaires …
Dans ces conditions, une candidature de Lassalle, le fidèle lieutenant permet dès aujourd’hui de mettre en place toutes les fondations politiques, financières et administratives d’une éventuelle candidature de l’homme providentiel du Béarn … François Bayrou ….

1 thought on “Jean Lassalle ou la candidature fantôme de François Bayrou

  1. HITZA HITZ ..La parole donnée en marche, beau livre et beau programme! Amitiés de jfs, car vous tiendrez vos promesses et la France en a besoin! EN AVANT JEAN !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *