Les Déesses du stade de l’Étang Salé Rugby Club, un calendrier qui emmerde le pape

Share

Nous ne sommes qu’en octobre et pourtant c’est déjà le début de la très attendue saison des calendrier 2017 ! Non je ne parles pas du calendrier politique dans lequel nous sommes plongés presque malgré nous mais des calendrier tout en charmes, au demeurant souvent divers et variés … Cette année j’ai décidé de commencer par un nouveau petit venu, le calendrier des Déesses du stade de l’Étang Salé Rugby Club !

Les Déesses du stade de l'Étang Salé Rugby Club © Laurent Capmas
Les Déesses du stade de l’Étang Salé Rugby Club © Laurent Capmas

Quoi ? Des femmes qui jouent au Rugby ?! Certains vont grogner parce que des femmes en sueur, ben c’est pas sexy, le sport c’est les hommes blablabla et le Rugby c’est violent et c’est macho alors sérieusement non pas les femmes !

Bref, rentrez vos gros bides nourris à la bière depuis des décennies dans votre pantalon trop serré et ouvrez vos yeux et votre esprit !

Alors oui, Le rugby est l’exemple le plus flagrant des activités sportives où l’homme est depuis son plus jeune âge mis en avant au détriment de la femme, pourquoi ? Car le rugby est avant tout un sport de contact, d’équipe et de “violence”. L’homme fait de ce sport l’expression de sa virilité barrant alors la route à toute présence féminine. Pourtant, selon certains sociologues, certaines filles entre 11 et 14 ans  se révèlent bien «meilleures » que les garçons dans la pratique du Rugby. Elles sont plus vives, plus efficaces dans le jeu et même plus «combattantes ». Cela s’explique par le fait qu’à cet âge la socialisation n’est alors pas terminée et les idées reçues ne sont pas totalement « imprégnées » par l’enfant. Ainsi, à cette âge, certaines fille n’ont pas encore pleinement intégré ce qu’elles devaient être : ces petits être charmants, doux, fragiles  qui aiment le rose, les poupées, le rouge à lèvre et les cuisinières dernier cris… Et oui on retombe dans l’actualité papale de la théorie du genre : être une femme ne doit pas vouloir dire se retrouver dans la définition de la femme exigée par la société ! Une femme peut être vive, combattante; elle peut aimer la confrontation physique, s’y entraîner et mettre des raclées aux hommes !

Alors bien sur, quand les joueuses de l’Étang-Salé Rugby Club décident de faire un calendrier, elles ne pensent pas à tout ça … elles veulent attirer de nouvelles licenciées et faire connaître leur club. Mais comme l’explique au site Zinfo974 , Evelyne Lebon, les rugbywomen de l’ESRC ont décidé de sortir ce calendrier pour casser l’image qu’ont les femmes du rugby, vu comme un sport de “costaud”. Elles s’adressent directement aux filles “minces, petites, grandes ou grosses” et qui aiment “l’esprit combatif du rugby”.

Le calendrier, dont l’intégralité des fonds récoltés reviendront aux filles, est déjà sorti dans le commerce. Sur internet, le public peut se le procurer en cliquant sur ce lien. On leur souhaite bonne chance et surtout beaucoup de succès, de sueur et de plaisir avec le ballon oval !

Les Déesses du stade de l'Étang Salé Rugby Club © Laurent Capmas
Les Déesses du stade de l’Étang Salé Rugby Club © Laurent Capmas
Les Déesses du stade de l'Étang Salé Rugby Club © Laurent Capmas
Les Déesses du stade de l’Étang Salé Rugby Club © Laurent Capmas
Les Déesses du stade de l'Étang Salé Rugby Club © Laurent Capmas
Les Déesses du stade de l’Étang Salé Rugby Club © Laurent Capmas
Les Déesses du stade de l'Étang Salé Rugby Club © Laurent Capmas
Les Déesses du stade de l’Étang Salé Rugby Club © Laurent Capmas
Les Déesses du stade de l'Étang Salé Rugby Club © Laurent Capmas
Les Déesses du stade de l’Étang Salé Rugby Club © Laurent Capmas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *