Quand les braves types nous parlent des sales types, un autre regard sur l’impérialisme

Share

Je ne sais pas pour vous mais depuis quelques mois je suis accompagné par une bible ! Pas LA Bible mais “une bible” au sens d’un livre génial dont la lecture vous enrichit intellectuellement. Ce livre, nous aurons certainement de nombreuses occasions d’en parler ici, c’est SAPIENS de Yuval Noah Harari, où comment revenir sur 100 000 ans d’histoire au cours desquelles un animal est devenu Dieu !

Aujourd’hui, j’aimerais m’arrêter sur quelques pages lues au cœur de cet ouvrage qui n’en compte pas moins de 500 dans sa version française : le rapport entre les “braves types” et les “sales types” dans l’histoire. Ne vous mentez pas à vous même en cet instant précis, vous aussi vous avez ce cerveau étonnant qui classe grossièrement les gens dont vous entendez parler dans l’une de ces deux catégories : les gens “bien” et les “salauds”. C’est tout le sens de la controverse sur les propos d’un certains Emmanuel Macron concernant la colonisation de l’Algérie… La colonisation française est «un crime contre l’humanité», avait affirmé Emmanuel Macron dans un entretien avec la chaîne de télévision algérienne Echourouk News. Ce propos venait contrebalancer, un autre tenu en novembre 2016 dans Le Point, et qui semblait affirmer le contraire :  «Oui, en Algérie, il y a eu la torture, mais aussi l’émergence d’un État, de richesses, de classes moyennes, c’est la réalité de la colonisation. Il y a eu des éléments de civilisation et des éléments de barbarie.»

France Algérie par Le Hic https://www.facebook.com/Le-Hic-298238316882888/

Certains pensent que Macron voulait satisfaire les uns et les autres en tenant des propos contradictoires car voyez vous, la séparation entre “braves types” et les “sales types”, cela s’applique aux gens mais aussi à l’histoire, aux mouvements politiques et aux idéologies … nous sommes nombreux à regarder la vie en noir et blanc, un peu comme un mélenchoniste auto-proclamé “insoumis” qui pense que ses idées sont “bonnes” et que le reste du spectre politique est peuplé d’infâmes salauds à la solde du fascisme ou du grand Capital (Satan des temps modernes).

Il en est de même pour l’impérialisme et ses rejetons les “empires” qui sont vraiment des salauds parmi les salauds. Prenez le Second Empire qu’un ami avocat me présentait comme une “publicité vivante pour l’autoritarisme moderne” près de un siècle et demi après sa chute… Salaud un jour, salaud toujours…

Il y a donc des écoles de pensée et des idéologies politiques qui voudraient purger la culture humaine de l’impérialisme pour ne laisser qu’une civilisation qu’ils croient pure, authentique, libérée de la souillure du péché ultime : la domination de l’Homme sur l’Homme. En fait ces écoles de pensée sont au mieux naïves et au pire elles servent de façade hypocrite au nationalisme et au fanatisme car, ne vous en déplaise cher Maître, toutes les cultures humaines sont au moins en partie héritières d’Empire ou de civilisations impériales. Cet héritage est d’ailleurs si profondément ancré qui si vous décidiez de le retirer, aucune culture ne pourrait y survivre.

Le Taj Mahal

Et même si nous devions entièrement effacer l’héritage d’un Empire brutal dans l’espoir de reconstruire ou de sauvegarder les cultures “authentiques” que “l’Empire” avait soumises, nous ne défendrions finalement que l’héritage d’un autre Empire plus ancien et tout autant brutal.

Prenez donc l’Inde moderne …La conquête et la domination britanniques se sont réalisées au coût exorbitant de massacres et de persécutions qui nous semblent à ce jour insupportables et scandaleuses (sale type). Pourtant, l’Inde est le parfait rejeton de l’Empire britannique qui sous sa férule réussit à unir une ahurissante mosaïque de royaumes, principautés et tribus créant de toute pièces une conscience nationale partagée et une unité politique improbable (brave type).

Il n’y a rien en Inde qui ne soit issu ou influencé par L’Empire britannique. Le système judiciaire, le réseau ferroviaire, le modèle économique, l’administration, le système institutionnel et politique … la forme démocratique de Gouvernement elle même et, peut être le plus incroyable de tout : la langue anglaise !  Cette langue neutre qui permet à ceux dont la langue maternelle est l’Hindi, le Tamoul ou le Malayalam de communiquer entre eux … Il y a la boisson nationale : le thé … là encore, la culture commerciale du thé n’existait pas en Inde avant que les britanniques ne l’introduisent au milieu du XIX ème siècle.

La gare de Bombay

Ainsi si l’on estime comme certains que l’on doit condamner par essence l’impérialisme pour glorifier ou retrouver les cultures authentiques d’avant, il nous faudrait désavouer l’héritage d’un empire brutal dans sa globalité avec le risque avéré de se retrouver non pas avec une culture “authentique” mais avec l’héritage d’un empire plus ancien et non moins brutal. Ceux qui s’offusquent de la mutilation de la culture indienne authentique par l’Empire britannique, glorifient à leur insu l’héritage de l’Empire Moghol et du Sultanat conquérant de Dehli. Si vous décidez de condamner ces héritages des empires musulmans alors vous vous retrouverez avec l’héritage des empires Gupta, Kushan et Maurya …. En d’autres termes, l’impérialisme sauvage ne vient jamais remplacer autre chose qu’un autre impérialisme tout autant sauvage. Si la gare de Bombay est une glorification du style néogothique européen qui peut choquer par son inadéquation avec la culture indienne “authentique”, qu’en est il du Taj Mahal, qui n’est rien d’autre qu’une importation stylistique et politique d’un impérialisme islamique ?

L’Empire quel qu’il soit est un ensemble avec ses crimes et ses apports. Il “est” qu’on le veuille ou non et depuis bien longtemps. Dans les faits, la plupart des hommes ont vécus dans des Empires depuis l’an 200 avant notre ère et les choses n’ont pas tendance à aller dans un sens différent. La structure sociale du monde tend vers ces empires de plus en plus vastes qui à terme n’en formeront qu’un seul que cela plaise ou non à l’indépendantiste breton ou corse, et même si cela déplaît aux nationalistes français qui glorifient la “culture française”, une culture essentiellement peuplée d’apports culturels ou impériaux étrangers …. Nous sommes français issus de germains, issus de romains, issus de “gaulois” eux mêmes issus de germains issus de Celte et nous sommes tous “homo sapiens”, tous en provenance de la corne de l’Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *